La source de cet article se trouve sur ce site
Par curiosité, ce matin, je suis allé voir la page de Laetitia Callens et je vois qu’elle a publié mon article. Elle en frémit de bonheur, persuadée qu’on la traque depuis longtemps et qu’on attendait la moindre erreur pour l’attaquer, ce qui lui fait de la pub, selon elle.
 
Ca m’a gentiment fait sourire mais ce qui m’a fait marrer, c’est sa réponse sur la campagne de vaccination. Elle montre clairement les limites de sa réflexion, ou plutôt son aveuglement de haine anti-israélienne. Les faits, simples et dépassionnés, n’entrent pas en compte. Israël a tort quoiqu’il arrive. 
 
-« Aucun cas de rage n a été recensé chez les Palestiniens à ma connaissance !! par contre chez eux oui !! mais c’est tres loin de là ou ils ont largués leurs « vaccins »
« -le plus drole c est quand ils disent qu ils ont voulut proteger les Palestiniens de la rage alors qu ils n en n ont pas jeté dans les colonies ‘illegales » qui surplombent ces mêmes villages :) ils sont bienveillant ces sionistes »
(« A sa connaissance »… Vaste programme. Il y a quelques jours, « à sa connaissance », elle a relayé la propagande iranienne contre Israël en affirmant que des vaccins antirabiques pour animaux étaient du chocolat empoisonné pour les enfants. Pour reconnaître ensuite qu’elle s’est trompée. Donc, la « connaissance » de Laetitia Callens est largement sujette à méfiance.)

rage2En fait, selon Haaretz, il n’y a pas eu de cas humain de la rage en Israël et dans les territoires depuis la mort d’une femme bédouin de 58 ans du Negev mordue par un chat en 2003. Auparavant, selon le JPost, en 1996, un soldat de Tsahal avait été mordu par un rongeur et en était mort. Par contre, si les cas étaient relativement inexistants dans les années 2000, la tendance est à la forte hausse dans les années 2010 et en moyenne, il existe entre 50 et 80 cas annuels d’animaux atteints de la rage, principalement les chiens atteints d’une variante provenant de Turquie. Le foyer est principalement dans le sud de la Galilée (donc à quelques kilomètres seulement de la Samarie). Le risque est réel: selon le centre de vaccination d’Air France, par exemple, en 2014, une louve enragée a mordu 11 habitants de Tibériade, en pleine ville. Le CDC américain recommande également la vaccination pour les personnes qui font des séjours prolongés en Israël, y compris « la Cisjordanie et la Bande de Gaza ». Le gouvernement britannique a également classé les pays du monde selon le risque d’infection de la rage et on peut chercher « Israël » et « Palestine » sur ce site pour y constater la mention « High Risk » (Risque élevé).

La vaccination des animaux contre la rage est une préoccupation active de santé publique en Israël et ce depuis déjà presque 10 ans. Sur le site du CHAI (Concern for Helping Animals in Israel), il est indiqué qu’Israël est un pays ou sévit une endémie de rage et que jusqu’à récemment, les principaux porteurs étaient les renards venant de Judée-Samarie. On y apprend aussi qu’en 2006, 350 000 appâts/vaccins ont été distribués par largage aérien et qu’en 2010, le virus était quasiment éradiqué chez les animaux sauvages. Un peu plus bas, on apprend aussi que le vaccin oral est la seul méthode efficace de maîtrise de l’endémie.

En affirmant qu’aucun cas de rage n’a été recensé chez les Palestiniens, Laetitia Callens illustre en fait l’efficacité de la lutte antirabique par Israël. 
Quant au fait que les vaccins ont été largués sur les villages arabes et non pas sur les implantations israéliennes, là aussi, Laetitia Callens démontre qu’Israël cherche à protéger les Palestiniens en larguant des appâts aux endroits ou d’éventuels animaux enragés pourraient attaquer les Palestiniens et c’est cohérent avec la typologie des attaques de ces dernières années, qui se déplacent vers les centres urbains l’homme.  Mais Israël cherche aussi à protéger le bétail des Palestiniens qui pourrait être attaqué ou même simplement léché par des animaux enragés. En effet, les études montrent que la rage atteint principalement les animaux domestiques, qui vivent donc près de l’homme et que le vecteur de transmission est la salive. Un chien enragé qui viendrait lécher la plaie d’une vache qui s’est écorchée la patte pourrait lui transmettre le virus. Même chose pour un chat qui viendrait se frotter contre un enfant après avoir fait sa toilette avec sa salive!
rabies-630De plus, il semble naturel que les implantations israéliennes suivent les recommandations de santé publique israéliennes, provenant notamment des services vétérinaires du Ministère de l’Agriculture ou du Ministère de la Santé, et soient donc en avance sur les Palestiniens sur la vaccination des animaux domestiques.

Bref, toutes ces considérations nous amènent et parce que, contrairement à ce que clame Laetitia Callens, nous ne sommes pas des « fachos » (en fait, on dénonce même la collusion entre cause palestinienne et fascisme), nous invitons vivement Laetitia qui, visiblement, vit de manière prolongée en Samarie à se faire elle-même vacciner contre le virus de la rage, comme il est recommandé pour toute personne faisant un séjour prolongé dans la région!

On ne souhaite de mal à personne et on est même ravis de lui avoir procuré son quart d’heure de gloire, comme elle le proclame sur sa page. Ainsi, elle nous renvoie l’ascenseur de la pub et envoie vers notre site ses contacts pro-palestiniens. On n’en demandait pas tant! C’est très gentil, merci Laetitia!

Pug

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here