La source de cet article se trouve sur ce site

Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier à frapper la capitale irakienne depuis le début de l’année. Au moins 45 personnes ont été tuées dans une attaque à la voiture piégée, ce jeudi à Bagdad, a indiqué dans un communiqué un porte-parole du commandement militaire. La puissante explosion s’est produite dans une zone de concessions automobiles du quartier de Bayaa, au sud de la capitale irakienne. Au moins 60 personnes ont également été blessées dans l’attaque, a précisé un responsable du ministère de l’Intérieur.

Une épaisse colonne de fumée s’élevait du quartier dévasté par la déflagration, a constaté le correspondant de l’AFP. Sur le lieu de l’attaque, des dizaines de voitures ont été détruites par le feu alors que des flaques de sang étaient visibles au sol. Des responsables de la sécurité étaient sur place pour enquêter tandis que des civils bouleversés étaient à la recherche de proches. Les équipes de secours peinaient à faire leur travail tant l’explosion avait été puissante, selon ce responsable. L’attaque a été revendiquée par l’État islamique (EI), qui a affirmé, via son agence de propagande, Amaq, avoir visé «un rassemblement de chiites».

Une épaisse colonne de fumée s’élevait du quartier dévasté par la déflagration, a constaté le correspondant de l’AFP. Crédits photo :

» Lire aussi – L’État islamique frappe de nouveau à Bagdad

Il s’agit du troisième attentat en autant de jours dans la capitale irakienne, et du plus sanglant. Mercredi déjà, un kamikaze avait fait exploser sa voiture piégée dans un quartier à majorité chiite du nord de Bagdad, tuant 11 personnes, en blessant trente autres. L’attentat avait aussi été revendiqué par l’État islamique. Mardi, une voiture piégée avait explosé dans une zone industrielle à Al-Bayaa, un quartier mixte habité par des sunnites et par des chiites du sud de la capitale, causant la mort de quatre personnes.

Malgré ses revers au cours des derniers mois et la perte de terrain en Irak et en Syrie voisine, le groupe djihadiste parvient toujours à frapper en menant des attentats particulièrement meurtriers. Depuis le lancement, le 17 octobre, de l’offensive des forces irakiennes pour reconquérir Mossoul, Bagdad fait ainsi face à une recrudescence d’offensives de l’EI. Le 2 janvier, alors que François Hollande était en visite, un attentat suicide à la voiture piégée revendiqué par le groupe djihadiste avait tué au moins 35 personnes à Sadr City.

● Trente-cinq morts au Pakistan

Par ailleurs, environ 35 personnes ont été tuées et 60 autres blessées par l’explosion d’une bombe dans un sanctuaire soufi du sud du Pakistan, selon un bilan donné par des responsables. «Quelque 35 personnes ont été tuées et plus de 60 autres blessées», a déclaré à l’AFP le ministre provincial de la Santé, Sikandar Ali Mandro. Ce bilan a été confirmé par un haut responsable de police. L’État islamique a aussi revendiqué cet attentat meurtrier. «Un kamikaze de l’EI a déclenché son gilet explosif contre un rassemblement de chiites au sanctuaire de Lal Shahbaz Qalandar dans la ville de Sehwan, province du Sindh», a affirmé l’agence Amaq.

L'attentat au Pakistan, le 16 février 2017, a eu lieu lors d'un rassemblement de chiites dans un sanctuaire chiite du sud du pays.

L’attentat au Pakistan, le 16 février 2017, a eu lieu lors d’un rassemblement de chiites dans un sanctuaire chiite du sud du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here