La source de cette article se trouve sur ce site

La course de l’Homme vers Mars a un nouveau compétiteur: les Emirats arabes unis. Armés d’un programme très ambitieux, ils projettent d’être la première puissance à y construire d’ici 100 ans une ville habitable.

Avec tous ces projets pour coloniser Mars, dans 100 ans l’Homme n’aura que l’embarras du choix pour y séjourner… Les Emirats arabes unis (EAU) s’ajoutent comme nouvel acteur surprenant à la colonisation future de la planète rouge, avec des ambitions annoncées qui dépassent -en échelle de temps comme en ampleur- les programmes officiels de la Nasa et de SpaceX

Gouvernement de Dubaï / Bureau des médias

« La première colonie humaine sur Mars d’ici 2117 »: le cheikh Mohammad Ben Rached Al-Maktoum, vice-président des EAU et par ailleurs émir de Dubaï, en a dévoilé le principe le 14 février. Il y voit « une graine plantée pour les générations futures » s’appuyant sur une collaboration internationale. 

Le projet est accompagné de rendus en 3D ultra-futuristes, présentant les toutes premières installations jusqu’à la phase finale avec une petite ville et plusieurs gratte-ciels.  

LIRE AUSSI >> Elon Musk veut coloniser Mars « très bientôt »: il n’est pas le seul à en rêver  

L’ensemble imposant vivrait sous un gigantesque dôme translucide visible dans les images conceptuelles. 

Une première sonde pour 2021

Mais en l’état, le programme spatial des EAU -pourtant le plus ambitieux du monde arabe- se résume à… quelques satellites, dont certains fabriqués en France par Thales.  

DÉCRYPTAGE >> Petit guide touristique à l’usage du voyageur vers Mars  

Le dernier mis en orbite, un nano-satellite parmi 103 autres lancés par l’Inde, était le premier fabriqué aux Emirats. Ne disposant pas d’une fusée lanceur, Abou Dabi doit effectivement faire appel aux autres pays ou, probablement à terme, aux entreprises privées comme SpaceX dont Mars est également une destination prochaine.  

Christophe Josset

Gouvernement de Dubaï / Bureau des médias

Ce qui n’empêche pas l’Etat du golfe Persique de déjà prévoir en 2021 l’envoi d’une sonde sur Mars (programme Hope, pour « espoir »). Le tout grâce à une coopération entre le Cnes français et la toute nouvelle agence spatiale des EAU.  

Christophe Josset

Gouvernement de Dubaï / Bureau des médias

D’ici là, ce projet osé de mini-ville martienne reste à l’état de rendu graphique d’architecte, à visualiser avec des lunettes de réalité virtuelle, présenté au 5e World Government Summit. Comme si vos arrières-petits-enfants y étaient. 

LAISSER UN COMMENTAIRE