La source de cette article se trouve sur ce site

En tant que musulmans, les Bédouins ne sont pas sujets au service militaire obligatoire, leur admission se fait sur base de volontariat. Dans cette lettre, le sergent Haitham, un soldat bédouin explique son choix de servir au sein de l’armée israélienne.

“J’avais deux mois quand mon père est mort alors qu’il servait dans l’armée israélienne. Je ne l’ai jamais rencontré. Je n’ai aucun souvenir de lui, juste des photos. Mais les histoires que j’ai entendues me font réaliser à quel point je lui ressemble. On m’a dit qu’en plus de lui ressembler physiquement, j’agis comme lui. ‘Ton père était incapable de dire non à quelqu’un’, c’est ça qu’on me disait. “Il ne s’arrêtait pas de donner aux autres.” Je suis certain que j’ai hérité de ce trait de caractère.”

Mon père servait dans le Bataillon de Reconnaissance du Désert à la frontière nord d’Israël. En tant que Bédouin, il n’était pas obligé de s’enrôler. Aujourd’hui, je le prends en exemple et marche sur ses pas, tels que plusieurs membres de ma famille. Comme lui, je sers dans Tsahal. Pour moi, c’était un choix évident – Tsahal est mon armée et Israël mon pays. J’aime mon pays et c’est pour ça que je veux lui donner en retour.  

Lorsque je me suis engagé dans l’armée et que j’ai commencé à connaître les personnes autour de moi, j’ai découvert à quel point mon père avait laissé une forte impression sur les gens. Partout où je vais, les gens se rappellent de lui comme “Kamil le traqueur”. Un de mes amis que j’ai rencontré à l’armée m’a dit que mon nom de famille lui était familier et il s’est avéré que nos pères avaient servi ensemble dans l’armée israélienne. Ils étaient comme des frères.

J’ai voulu m’enrôler dans l’Unité des Traqueurs Bédouins de Tsahal comme mon père. Je voulais faire comme lui et servir dans cette unité. Mais comme j’étais le plus jeune de ma famille, ma mère n’était pas d’accord. “Je n’ai aucun problème que tu serves dans l’armée” m’a t-elle dit, “mais je ne te laisserai pas t’engager dans l’Unité des Traqueurs Bédouins.” J’étais déçu mais je la comprenais. À la place, j’ai décidé de servir dans le Centre Logistique de Tsahal. Je suis fier de suivre les traces de mon père en servant dans Tsahal et de donner ainsi à mon pays.”

Rejoignez-nous sur Facebook et revivez en images les moments forts sur Instagram.

LAISSER UN COMMENTAIRE