La source de cet article se trouve sur ce site

Les victimes de l’attentat d’Al-Bab, ce jeudi. Crédits photo :

Près de 24 heures après que les rebelles ont annoncé avoir repris la ville d’Al-Bab, fief de l’État islamique dans le nord de la Syrie, le groupe djihadiste a riposté par un attentat-suicide qui a fait au moins 51 morts, ce vendredi. Les cibles, l’armée turque et les insurgés syriens, avaient participé la veille à la libération de la cité après plus de deux mois d’offensive. Peu après l’attaque, deux soldats turcs ont également été tués et plusieurs blessés dans un autre attentat-suicide dans la ville même.

» Lire aussi – Syrie: à Genève, l’opposition en ordre dispersé face au régime

Les rebelles syriens et l’armée turque poursuivaient, ce vendredi, leurs opérations de ratissage pour sécuriser cette ville où s’entassent des explosifs, des bombes et des pièges cachés par les djihadistes avant leur fuite. C’est à ce moment que, dans la matinée, kamikaze a tué plus de 50 personnes – 34 civils et 17 rebelles -, en faisant exploser sa voiture piégée près de deux sièges des rebelles dans une localité située à moins de dix kilomètres au nord-est d’Al-Bab, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Dans le texte posté sur internet, l’EI affirme que le kamikaze «a réussi à entrer avec un véhicule rempli d’explosifs au milieu d’un rassemblement de soldats turcs et d’apostate travaillant à Soussiane».

Les dommages après l'attaque suicide de l'EI à Al-Bab, ce jeudi.

Les dommages après l’attaque suicide de l’EI à Al-Bab, ce jeudi. Crédits photo :

Les deux quartiers généraux des rebelles étaient situés l’un à proximité de l’autre. Des civils se trouvaient également dans la zone, d’après l’OSDH. Pour Abou Jaafar, commandant du groupe rebelle Liwa al-Moutassem, l’identité des auteurs ne faisait aucun doute dès le départ: «Ce sont les “chiens” (du chef de l’EI Abou Bakr) al-Baghdadi qui ne peuvent pas supporter leur immense défaite et leurs kamikazes ont commencé à prendre leur revanche», a-t-il déclaré. Le commandant, qui se trouvait près de Soussiane quand a eu lieu l’attentat, a expliqué que le kamikaze avait mené son attaque au moment où se tenait une réunion entre des civils d’Al-Bab, de hauts responsables rebelles et des forces turques «pour mettre sur pied un appareil sécuritaire et un plan pour reconstruire Al-Bab». D’après lui, «des cellules dormantes de l’EI ont eu vent de cette information et ont préparé la voiture piégée».

La perte de la dernière grande ville de la province septentrionale d’Alep avait été un revers de taille pour l’État islamique. Cette avancée des rebelles à Al-Bab contre l’EI intervient au moment où a été inauguré à Genève un quatrième round de pourparlers entre régime et insurgés sous l’égide de l’ONU pour tenter de mettre fin à la guerre qui ravage la Syrie depuis six ans. Mais cette victoire contre l’organisation djihadiste la plus redoutée au monde ne change pas la donne à Genève car le groupe est exclu de toute discussion de paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here