La source de cet article se trouve sur ce site

Au moins 74 personnes sont mortes samedi dans une attaque qui a frappé la capitale syrienne. La plupart des victimes sont des pèlerins chiites irakiens.

Le Front Fateh al-Cham, ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie, a revendiqué ce dimanche le double attentat contre des pèlerins chiites qui a fait au moins 74 morts dans le Vieille ville de Damas, selon les dernières estimations de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). « Samedi (…) une double attaque a été menée par deux héros de l’islam (…) au coeur de la capitale Damas, faisant des dizaines de morts et de blessés », a indiqué le groupe djihadiste sunnite dans un communiqué. 

Samedi, l’attaque, l’une des plus sanglantes en six ans de guerre, qui a eu lieu près du cimetière de Bab al-Saghir, avait frappé majoritairement des pèlerins chiites, 43, venus se recueillir dans les mausolées situés dans la vieille ville, a précisé l’OSDH. Au moins un kamikaze s’est fait exploser dans la vieille ville de Damas, avait indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH. L’attaque a également fait « plusieurs dizaines de blessés ». Le double attentat a aussi provoqué la mort de 11 civils et 20 combattants pro-régime, ainsi que de huit enfants. 

De nombreux attentats depuis 2011

Principale place forte du régime du président Bachar al-Assad, la capitale syrienne a été frappée par plusieurs attentats depuis le début de la guerre en 2011, même si elle est restée à l’écart des combats qui ont ravagé les autres villes et localités du pays.  

La télévision d’Etat syrienne a montré des images de plusieurs bus dévastés, avec des vitres brisées et des soutes éventrées. D’autres ont été en partie carbonisés. Elle avait également évoqué l’explosion de « deux bombes posées par des terroristes ». Le ministère syrien des Affaires étrangères a condamné « l’attentat terroriste lâche qui est une riposte aux victoires de l’armée arabe syrienne contre Daech et Al-Nosra », en référence au groupe Etat islamique (EI) et à l’ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie. 

Enquêteurs et experts examinent le bus cible d’un attentat suicide le 11 mars 2017 à Damas

afp.com/Louai Beshara

Au cours des dernières années, plusieurs attentats sanglants ont visé Sayeda Zeinab, un haut lieu de pèlerinage chiite près de Damas. La plupart des attentats ont été revendiqués par des groupes djihadistes hostiles à l’Iran et au mouvement chiite libanais Hezbollah, principaux alliés du régime de Bachar al-Assad.  

L’attaque la plus meurtrière avait eu lieu le 21 février 2016 et avait fait 134 morts, dont 97 civils. Elle avait été revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui contrôle des territoires notamment dans l’est du pays. Ce groupe, qui avait mis la main sur de vastes territoires dans le nord et l’est du pays en 2014, a depuis perdu une grande partie de ses gains. Il est actuellement cerné dans son fief de Raqqa.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here