La source de cette article se trouve sur ce site

« Ceux qui s’identifient comme sionistes ne peuvent pas être féministes car elles ignorent les droits des femmes palestiniennes », a-t-elle affirmé.

Celle qui se présente sur Twitter comme une « Musulmane, palestinienne américaine, militante pour la justice raciale et les droits civiques, commentatrice des médias. Née et élevée à Brooklyn », avait été saluée le mois dernier pour avoir été à l’initiative d’une collecte de fonds sur internet visant à reconstruire plusieurs cimetières juifs vandalisés sur le sol américain.

« Cela n’a pas de sens de s’interroger sur la place éventuelle de gens qui soutiennent l’État d’Israël et ne le critiquent pas au sein du mouvement. Ça ne peut pas être du féminisme. Vous défendez les droits de toutes les femmes, y compris des Palestiniennes, ou aucun », a indiqué la figure du mouvement féministe anti-Trump « La Marche des Femmes ».

« Les femmes palestiniennes américaines dans les mouvements de justice sociale ne peuvent pas être aussi visibles que les autres femmes parce qu’elles sont la cible d’attaques de la part des « sionistes de droite », a-t-elle martelé.

Interrogée sur le rôle-clé de plusieurs femmes palestiniennes dans « la Marche des femmes », Sarsour a fait valoir que les femmes palestiniennes « ne sont pas toutes visibles », dénonçant les « sionistes de droite » qui sont prêts à « n’importe quel extrême » pour « nous criminaliser ».

Emily Shire, rédactrice politique du magazine féminin en ligne Bustle. a de sont côté fait part de son dilemme en tant que féministe sioniste dans un article du New York Times publié le 7 mars.

« Je trouve troublant que l’adoption d’un tel point de vue soit considérée comme une partie essentielle d’un événement qui est censé unir les féministes », a-t-elle écrit. « Je suis heureuse de débattre de la politique au Moyen-Orient ou d’écouter les critiques des politiques israéliennes. Mais pourquoi la critique d’Israël serait-elle la clé du féminisme en 2017? « 

Soutenus par l’auteure britannique J.K. Rowling, Linda Sarsour et Tarek El-Messidi, avaient lancé une campagne en ligne pour lever des fonds destinés à aider deux cimetières juifs vandalisés dans le Missouri (centre) et à Philadelphie le mois dernier.

Ils avaient alors fait part de leur volonté d’ »envoyer un message d’unité des communautés juive et musulmane ».

Source : I24News

The post « Sionisme et féminisme sont incompatibles » appeared first on JForum.

LAISSER UN COMMENTAIRE