La source de cet article se trouve sur ce site

S’ils ont reconnu jeudi avoir effectué une frappe dans le nord de la Syrie pour viser Al-Qaïda, les Américains ont nié avoir visé volontairement une mosquée, où au moins 46 personnes sont mortes.

Les deux bâtiments étaient éloignés d’une quinzaine de mètres. Jeudi, les militaires américains ont reconnu avoir effectué une frappe contre Al-Qaïda, dans le nord de la Syrie, mais nié avoir délibérément visé une mosquée où au moins 46 personnes -majoritairement des civils- ont péri dans le village d’al-Jineh (province d’Alep), selon une ONG locale.  

REUTERS/Ammar Abdullah

La veille, la Syrie était entrée dans sa septième année de guerre, n’en finissant pas de compter ses morts (320 000) depuis le début du conflit

LIRE AUSSI >> Syrie: Bachar el-Assad, la torture et l’extermination carcérale en héritage 

« Nous n’avons pas visé une mosquée, mais le bâtiment que nous avons ciblé, là où avait lieu le rassemblement [d’Al-Qaïda], se trouve à environ 15 mètres d’une mosquée qui est toujours debout » dans la province d’Idlib, a assuré jeudi soir le colonel John J. Thomas, porte-parole du Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient.  

EN IMAGES. Syrie: au moins 46 morts après une frappe américaine sur une mosquée

REUTERS/Ammar Abdullah

En revanche, d’après des images diffusées par des militants anti-régime mais aussi par un correspondant de l’Agence France-Presse montrent des habitants et des secouristes fouillant les décombres, à l’aide de torches et de pelles, d’un bâtiment entièrement détruit et non plus debout. Et plus tard, le Centcom a reconnu que la localisation précise de cette frappe n’était pas claire, marquant une certaine confusion. 

Des disparus

« Nous allons enquêter sur les allégations selon lesquelles cette frappe aurait fait des victimes civiles », a également déclaré le colonel Thomas, interrogé sur le chiffre des victimes civiles, avancé par l’OSDH, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, ONG locale généralement bien informée. 

LIRE AUSSI >> Syrie: les Russes ont bombardé par erreur des alliés de la coalition 

Selon son directeur, Rami Abdel Rahmane, une centaine de personnes ont également été blessées dans ces raids aériens sur ce village d’al-Jineh à 30 km à l’ouest de la ville d’Alep, et sous contrôle des groupes rebelles.  

EN IMAGES. Syrie: au moins 46 morts après une frappe américaine sur une mosquée

REUTERS/Ammar Abdullah

Sur place, les secours tentaient encore, ce vendredi matin, d’extraire des personnes coincées sous les décombres de la mosquée. Plusieurs personnes étaient encore portées disparues. 

« Quand je suis arrivé, j’ai vu 15 cadavres »

« Nous avons entendu des explosions quand la mosquée a été frappée. C’était juste après la prière », a témoigné Abu Muhammed, un habitant. « Quand je suis arrivé, j’ai vu 15 cadavres et beaucoup de morceaux de corps dans les débris. Certains corps n’étaient même pas reconnaissables ». 

Depuis plusieurs mois, le ciel syrien est encombré par les avions du régime syrien, ceux de la Russie, ceux de la Turquie et ceux de la coalition internationale, dirigée par les Etats-Unis. Elle se concentre normalement ses frappes sur les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) et ceux de Fateh al-Cham, l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here