La source de cette article se trouve sur ce site

Pour la première fois, une agence des Nations-Unies accuse Israël « d’imposer au peuple palestinien un « régime d’apartheid » fondé sur la discrimination raciale », rien que cela. Jubilation non contenue chez les ennemis de l’Etat juif…

Le rapport, publié par la Commission économique et sociale des Nations-Unies pour l’Asie Occidentale (ESCWA) est le premier du genre à conclure « clairement et franchement qu’Israël est un Etat raciste qui a mis en place un système d’apartheid pour persécuter le peuple palestinien », selon le secrétaire général de cet organisme, Rima Khalaf, cité par l’agence Reuters.

Le document, rendu public à Beyrouth (Liban) où siège cette commission des Nations-Unies, souligne qu’une « stratégie de fragmentation du peuple palestinien » constitue le moyen numéro 1 utilisé par Israël pour imposer « son apartheid ».

De fait, poursuivent les auteurs, les ‘Palestiniens’ sont aujourd’hui divisés en quatre entités subissant une « oppression et une législation distinctes. »

Les quatre groupes constitutifs du ‘peuple palestinien’ seraient « les Palestiniens citoyens d’Israël, ceux de Jérusalem-Est ; ceux de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, et enfin réfugiés et exilés hors de Palestine. »

Ont participé à la rédaction du document le Dr Richard Falk, ancien enquêteur violemment anti-israélien des Nations-Unies pour les « droits de l’homme dans les territoires palestiniens », ainsi que l’universitaire américaine Virginia Tilley.

Le rapport a immédiatement provoqué la colère de Danny Danon, ambassadeur israélien auprès de l’ONU : « Le Secrétaire-général des Nations-Unies doit dénoncer catégoriquement ce rapport mensonger. Les tentatives de déstabiliser la seule démocratie au Moyen-Orient sont honteuses et choquantes », s’est agacé l’ambassadeur. Pour le ministère israélien des Affaires étrangères, ce rapport est l’équivalent de Der Sturmer, une propagande nazie très antisémite.

Le rapport a particulièrement suscité la colère des autorités américaines. Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis auprès de l’ONU, s’est dite outrée et a demandé le retrait immédiat de ce rapport.

D’après Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire-général de l’ONU, ce rapport a été rédigé sans que le secrétariat des Nations-Unies ne soit consulté et qu’en conséquence, il ne reflète absolument pas la position d’Antonio Guterres, nouveau secrétaire-général des Nations-Unies.

LAISSER UN COMMENTAIRE