La source de cette article se trouve sur ce site

Orly : qui est Ziyed Ben Belgacem, l’assaillant abattu par les soldats de l’opération Sentinelle,

non loin des guichets d’envol pour Tel Aviv  ?

Il a séquestré « Au Nom d’Allah » les clients d’un bar de Vitry sur Seine en les menaçant de dix tirs de pistolet à grenailles.

Il portait un bidon d’essence et le Coran dans son sac à dos, dans quel but?

Il a dit aux militaires de l’armée de l’Air vouloir mourir au Nom d’Allah, qu’il y aurait des morts. 

Le corps de l’homme abattu samedi à l’aéroport d’Orly.AFP / ALTERNATIVE CROP
Ronan Tésorière (@RonTesoriere) avec N.R et N.T.
Faits diversOrlyStains

L’homme abattu à Orly était très défavorablement connu des service de police et de renseignement.

Qui est l’assaillant qui a agressé des soldats de l’opération Sentinelle à Orly ce samedi matin, avant d’être abattu ? Selon nos informations, l’auteur de l’agression s’appelait Ziyed Ben Belgacem, Il n’était pas fiché S, mais connu pour des faits de droit commun et de radicalisation. Il serait déjà très défavorablement connu et ferait l’objet de «44 signalements au fichier du TAJ (traitement des antécédents judiciaires)», selon une autre source policière.

 

A LIRE AUSSI.Suivez les événements en direct

 

L’homme, âgé d’une quarantaine d’années et originaire du Val-d’Oise, était sous contrôle judiciaire du Tribunal de grande instance de Paris pour une affaire de vol à main armé. L’assaillant était en effet connu pour des faits nombreux de vols et de vols avec violence et ce depuis son plus jeune âge. La DGSI avait opéré des vérifications à son sujet, sans pourtant trouver de quoi le ficher S. Il avait fait aussi l’objet d’une perquisition administrative en 2015 qui, elle non plus, n’avait rien donné.

 

Le parcours de l’homme abattu à Orly

Par ailleurs, les policiers en sont désormais sûrs: il y a bel et bien un lien entre les événements de l’aéroport d’Orly et des tirs lors d’un contrôle routier à la frontière entre le Val-d’Oise et la Seine-Saint-Denis, très tôt samedi. Selon nos informations, à 6h55, les policiers ont tenté de contrôler un véhicule, une Renault Clio blanche, au niveau d’un rond-point à la lisière de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) et de Stains (Seine-Saint-Denis). Le conducteur a donné ses papiers, puis s’est mis à tirer en direction de deux policiers, touchant un policier au visage (son pronostic vital n’est pas engagé) avec un pistolet à grenaille, posé à ses côtés sur le siège passager. Le policier blessé est âgé d’une trentaine d’années. L’homme a fait feu à plusieurs reprises avant de prendre la fuite. Les policiers ont alors riposté de plusieurs coups de feux en direction du véhicule.

 

Quelques minutes plus tard, la trace du véhicule a été retrouvée à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), où le conducteur a tiré des coups de feu pour dérober un nouveau véhicule, une Citroën Picasso, sans faire de blessés. Dans la Clio laissée sur place, les policiers ont alors découvert un tee-shirt maculé de sang. C’est cette même Picasso qui a été retrouvée à l’aéroport. L’homme abattu à Orly serait en tout cas le même homme que celui contrôlé à Garges, selon nos informations. Le parquet antiterroriste a été saisi. L’assaillant d’Orly avait été «repéré quelques minutes plus tôt» à Vitry-sur-Seine «pour un car jacking» avant de se rendre à Orly, a confirmé le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux.

 

EN IMAGES. Tirs à Orly : l’aéroport évacué

LANCER LE DIAPORAMA

  leparisien.fr

>Faits divers|Ronan Tésorière (@RonTesoriere) avec N.R et N.T.|18 mars 2017, 12h35 | MAJ : 18 mars 2017, 13h10|14
leparisien.fr

The post Ziyed Ben Belgacem, terroriste abattu par les soldats à Orly appeared first on JForum.

2 Commentaires

  1. Pourquoi ne pas avoir expulsé cette raclure chez lui, en Tunisie??
    Que ces ordures aillent faire leurs conneries chez eux, la France n’en n’a pas besoin..!

  2. Pauvre France pauvre gouvernement socialope, continuer à faire entrer toute cette racaille par 200.000 chaque année et la France sera islamisée dans 20 ans.

    COURAGE FUYONS.

LAISSER UN COMMENTAIRE