La source de cet article se trouve sur ce site

L’Arbre de vie, une sculpture de Charles Stratos, a été dévoilé dans la cour de l’école Ohr Torah, le 19 mars 2017, cinq ans après les tueries de Merah à Toulouse. – B. Colin / 20 Minutes

Ce dimanche matin, lors de la cérémonie d’hommage à ses quatre victimes, exécutées froidement le 19 mars 2012 au matin à l’école juive Ohr Torah, pas une seule fois son nom n’a été prononcé. Pourtant, c’est bien le sien, Mohamed Merah, que les gens ont retenu lorsqu’on évoque les attaques terroristes qui ont endeuillé Toulouse et Montauban en mars 2012.

Anonymat des terroristes

En présence du ministre de l’Intérieur, les membres de l’école et membres de la communauté juive ont voulu rendre hommage à Jonathan Sandler, ses deux fils Arie et Gabriel, et la petite Myriam Monsonégo.

>> A lire aussi : A Montauban, cinq ans après, l’affaire Merah est toujours présente dans les esprits

« Il y a des morts qui ont de droits sur les vivants. Il faut l’anonymat pour les terroristes, nous devons priver de noms ceux qui nous ont privés de vie, n’alimentons plus les ressorts de la haine en fournissant des héros », a plaidé Franck Touboul, le président du Conseil représentatif des institutions juives de Midi-Pyrénées.

Tour à tour le père de Myriam, Yaacov Monsonégo, par ailleurs directeur de l’école, et le père de Jonathan Sandler ont pris la parole. Ce dernier a décrié « le fanatisme islamo-nazi » de l’assassin de son fils et de deux ses petits-enfants.

« Jusqu’au dernier, nous les traquerons », Bruno Le Roux

« Comme bien souvent dans l’Histoire, les premières cibles furent des juifs et des soldats. Des Français juifs assassinés parce qu’ils étaient juifs. Des militaires français, tombant sous les balles parce qu’ils portaient l’uniforme. Comme vous, la République n’oublie pas », a indiqué lors d’un discours le ministre de l’Intérieur.

« Jamais il n’y aura de refuge sur le sol national pour les terroristes qui s’en prennent à nos enfants, à nos proches, à nos amis, à nos policiers et à nos soldats. Jusqu’au dernier, nous les traquerons. Jusqu’au dernier, nous les traquerons, nous les jugerons », a assuré Bruno Le Roux, devant plusieurs centaines de personnes venues rendre hommage aux victimes.

A cette occasion, une sculpture monumentale a été dévoilée dans la cour d’Ohr Torah. Cet Arbre de vie a été réalisé par le sculpteur Charles Stratos. L’artiste a rappelé les valeurs de Fraternité qui lui sont chères indiquant que « vivre ensemble n’est pas une utopie mais une impérieuse nécessité d’avenir ».

Vers 12h30, une seconde cérémonie a eu lieu dans le square de Gaulle, derrière l’Hôtel de ville de Toulouse en présence des élus et proches des victimes. Des gerbes ont été déposées dans le silence, les noms des sept victimes de Mohamed Merah ont aussi été lus.

Mots-clés :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here