La source de cette article se trouve sur ce site
Les cinq candidats s’affrontent ce soir lors d’un grand débat, à suivre en direct sur Le Figaro. Crédits photo: Éric Feferberg/AFP

Uniforme à l’école, réforme du bac, sélection à l’université : comparez les propositions des cinq candidats à l’élection présidentielle 2017 qui s’affrontent ce soir lors d’un grand débat sur TF1.

C’est une première lors d’une élection présidentielle. Ce soir, cinq des onze candidats s’affronteront lors d’un débat télévisé en direct, sur TF1, avant même le premier tour de scrutin. Un premier débat qui a suscité la polémique, car six candidats n’ont pas été invités par la chaîne. Le candidat de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, s’en est même indigné en quittant le plateau du 20h de TF1. Avant cette première passe d’armes, révisez les programmes des cinq candidats présents ce soir concernant l’éducation et l’enseignement supérieur.

École et collège

François Fillon, candidat Les Républicains: Le candidat désigné par la primaire de droite veut abroger la réforme du collège. Il est en faveur d’un retour de l’uniforme et d’une évaluation du comportement des élèves. Il souhaite également encourager l’autonomie des établissements et augmenter les enseignants.

Marine Le Pen, candidate du Front National: Comme François Fillon, Marine Le Pen souhaite instaurer le port d’un uniforme à l’école. Elle indique vouloir garantir la liberté de scolariser ses enfants selon ses choix, tout en contrôlant plus strictement la compatibilité avec les valeurs de la République des enseignements dispensés dans les établissements privés hors contrat. Elle veut supprimer «l’enseignement des langues et cultures d’origine» (ELCO).

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste: Le candidat de gauche promet une revalorisation des conditions de travail des enseignants et des personnels administratifs. Il mise également sur le recrutement de 40.000 enseignants en cinq ans.

Emmanuel Macron, candidat En Marche: l’ancien ministre de l’Économie du gouvernement de François Hollande promet de détricoter la réforme des rythmes scolaires et celle du collège. Emmanuel Macron affirme qu’il réintroduira «le principe des classes bilangues». Il annonce également «des parcours européens» et un véritable enseignement du latin et du grec. Il souhaite également que l’usage du téléphone portable soit interdit dans l’enceinte des écoles primaires et des collèges. Emmanuel Macron souhaite par ailleurs mieux rémunérer les enseignants en zones d’éducation prioritaires. Ils disposeront en REP+ d’une prime de 3000 euros nets par an.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise: Comme François Fillon et Emmanuel Macron, le candidat d’extrême gauche souhaite abroger la réforme du collège. Il veut étendre la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, en adaptant les pédagogies et les parcours scolaires. Il affiche l’ambition de recruter au moins 60.000 enseignants supplémentaires sur le quinquennat et de mettre en place un dispositif de prérecrutement pour favoriser l’accès au métier d’enseignant pour les jeunes issus de milieux populaires.

Lycée

François Fillon, candidat Les Républicains: Comme pour les collèges, François Fillon veut encourager l’autonomie des établissements et augmenter les enseignants. Il souhaite la publication sur APB par les universités et les écoles des matières principales recommandées au lycée et des débouchés professionnels. Dans les filières en tension (médecine, droit, psychologie et Staps), fin de la sélection par algorithme ou tirage au sort et préférence à ceux qui se sont préparés dès le lycée à ces matières.

Marine Le Pen, candidate du Front National: La candidate souhaite revaloriser le travail manuel par l’établissement de filières professionnelles d’excellence (suppression progressive du collège unique, autorisation de l’apprentissage à partir de 14 ans). Elle promet de développer des lycées professionnels ou technologiques de la seconde chance sur tout le territoire pour les élèves sortis du système scolaire sans diplôme. Marine Le Pen veut également lancer un grand plan national de création de filières (lycées, universités) des métiers d’art dans nos territoires et implanter un réseau de pépinières d’artistes sur tout le territoire, et restaurer une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste: le candidat de gauche veut «mener la réforme du lycée» avec les enseignants, les parents et les élèves.Il allouera plus de moyens aux lycées qui en ont le plus besoin grâce à un nouvel indicateur social plus juste et plus proche des réalités du territoire. Il veut faire des lycées professionnels des «voies d’excellence».

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise: Les lycées sont également concernés par la volonté de Jean-Luc Mélenchon de recruter au moins 60.000 enseignants supplémentaires sur le quinquennat. Il souhaite aussi appuyer l’enseignement professionnel public, arrêter les fermetures de classes et de lycées professionnels et augmenter le nombre d’établissements.

Baccalauréat

François Fillon, candidat Les Républicains : Le candidat de la droite veut revaloriser le baccalauréat en réduisant à 4 le nombre d’épreuves et en renforçant les exigences de chacune d’entre elles: une épreuve de français en première et trois épreuves en terminale choisies parmi les matières dominantes de la série. Les autres disciplines seront notées dans le cadre du contrôle continu. En outre, les examens du baccalauréat seront programmés début juillet pour rendre chaque année aux élèves un mois de temps d’enseignement auquel ils ont droit.

Emmanuel Macron, candidat En Marche: Comme François Fillon, Emmanuel Macron entend réformer en profondeur le baccalauréat. Il y aura désormais quatre matières obligatoires à l’examen final. Les autres seront validées par un contrôle continu.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise: Jean-Luc Mélenchon propose de rétablir le bac professionnel en quatre ans.

Enseignement supérieur

François Fillon, candidat Les Républicains: Toujours dans une volonté d’autonomiser les établissements scolaires, François Fillon veut laisser la liberté aux universités de créer des filières d’excellence, de définir et de mettre en œuvre elles-mêmes les règlent d’admission en master. Il souhaite revaloriser et développer les formations supérieures professionnalisantes (BTS, DUT, nouvelles filières à bac +3 de type bachelor). Pour la Paces, le candidat veut adapter le numerus clausus aux besoins régionaux et territoriaux.

Marine Le Pen, candidate du Front National: La candidate veut supprimer l’École Nationale de la Magistrature et créer une filière de formation commune aux carrières judiciaires (avec des écoles d’application). Elle souhaite également transférer aux établissements supérieurs d’enseignement général et professionnel la charge de trouver une offre de stage à chaque étudiant. À l’université, passer d’une sélection par l’échec à une sélection au mérite. Refuser le tirage au sort comme moyen de sélection. Revaloriser les bourses au mérite. Défendre le modèle d’enseignement supérieur français, qui passe par la complémentarité de l’université et des grandes écoles. Développer massivement l’alternance (contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation) dans l’artisanat, le secteur public et privé et rendre la formation professionnelle plus efficace, moins opaque et moins coûteuse.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste: benoît Hamon veut faire de l’enseignement supérieur et de la recherche «une priorité budgétaire», en investissant un milliard d’euros supplémentaire par an. Il veut lutter contre l’échec en première année à l’université, améliorant l’orientation des lycéens et en supprimant les cours en amphithéâtres en première année. Il veut également créer un «droit à un semestre de mobilité internationale». Il ambitionne de créer 7500 emplois dans les universités et les laboratoires et revaloriser de 10 % la rémunération des universitaires et chercheurs en début de carrière.

Emmanuel Macron, candidat En Marche: Emmanuel Macron veut introduire une forme de sélection à l’entrée de l’université. Il propose «d’afficher des prérequis» à l’entrée de toutes les formations universitaires. Ces prérequis seront «des acquis minimaux» dans les principales matières du parcours.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise: Forte augmentation du budget, création d’emplois, rénovation des locaux et création de logements étudiants. Pour l’université et la recherche, le candidat de la France insoumise mise sur une politique de relance massive de l’investissement public. Il veut «dégager 2 milliards d’euros pour rénover les universités (construction de laboratoires, amphithéâtres et lieux de vie sociale, citoyenne et étudiante sur les campus) et construire des logements étudiants» dès le début du mandat. Enfin, le candidat souhaite également recruter 5000 personnes pour l’enseignement supérieur, «dans tous les corps de métier», en trois ans. Développer les cursus courts dans l’enseignement supérieur et encourager la poursuite d’études après un bac professionnel ou technologique (BTS, DUT, licences professionnelles…).

LAISSER UN COMMENTAIRE