La source de cette article se trouve sur ce site

Publié le : 17 avril 2017

L’affaire Yossi Klein n’est pas prête de s’arrêter.

Cet écrivain, éditorialiste au Haaretz, savait qu’il pouvait charger un maximum de juifs d’Israël en se lançant dans une plaidoirie aussi inepte que mensongère voire haineuse.

Normal, me direz-vous, nous sommes dans le Haaretz, le journal de référence de toute la lie médiatique mondiale, c’est dire…

Les propos qui fâchent :

« Les religieux nationaux sont dangereux. Plus dangereux que le Hezbollah, plus que les conducteurs des attaques à la voiture bélier et que des enfants avec des ciseaux. Les Arabes peuvent être neutralisés, mais pas eux, a écrit Klein mercredi. Que veulent-ils ? Diriger le pays et le nettoyer des Arabes. »

Tous les parents dont les enfants sont morts sous les coups des terroristes, tous arabes, devraient sans doute se réunir autour de cet écrivaillon dont le mental est aussi atteint que les « déséquilibrés » qui viennent de poignarder de jeunes israéliens.

Amos Shocken, le propriétaire du Haaretz est heureux ! Le buzz et les insultes, il adore ça. Plus on insultera les israéliens, son gouvernement, ses différentes composantes sociétales (hormis bien évidemment l’ultra-gauche pro-arabe), il se sentira bien.

(Amos Shocken)

Il est vrai que la famille Shocken a un long parcours de juifs allemands nostalgiques de leur Allemagne chérie où les gens n’étaient pas de rustres agriculteurs et en même temps de vaillants soldats capables de lâcher leurs outils pour partir défendre le pays.

Les Shocken, dont le journal HAARETZ, appartient à 25 % à une entreprise d’édition allemande, se sentent si peu attachés à la terre d’Israël que nous pouvons vraiment nous poser la question sur sa pertinence à rester dans une endroit qu’ils honnissent.

Comme beaucoup de juifs allemands, il y a une forme de haine de soi qui traînaille constamment. Ils ont pour la plupart, cru que l’Allemagne était LE pays où la civilisation était le phare du monde.

Leur « allemanité » avait pris le dessus au point que les Martin Buber et beaucoup d’autres, n’ont pas du tout compris ce qui se passait dans la région et n’y ont décelé que l’exotisme-érotisme arabo-musulman. Loin de la réalité du terrain, ils discutèrent âprement de la bi-nationalité d’un état juif et musulman.

Le Haaretz est toujours dans cet état d’esprit et chaque victoire militaire ou contre le terrorisme met toute cette rédaction en émoi au point de tendre s’ils le pouvaient, le poignard ou le flingue pour tuer « les colons israéliens ». Alors ils écrivent…Tout et n’importe quoi !

Si nous devions faire la liste de tous les articles à caractère anti-israélien lorsqu’ils n’étaient pas carrément antisémites, du Haaretz, les lecteurs seraient stupéfaits.

Les fameuses pages « rebonds » ou « opinions » ont donné de belles bagarres en OCCIDENT.

« Nous sommes désolés de détester les arabes ! ». Ce titre paru dans ce journal immonde eut pour effet de lâcher les chiens derrière les juifs de France.

Ecrit par une jeune femme d’ultra-gauche, on lui accorda une page entière pour donner des raisons aux arabes de molester violemment des gamins en plein Paris. Souvenirs personnels…

Yossi Klein, après avoir comparé les religieux sionistes au Hezbollah, persiste et signe malgré le tollé venant même de la gauche classique d’Israël. Il faut croire qu’un tel niveau de caniveau arrive parfois à émouvoir les tenants de la paix aussi.

Klein ose même répliquer aux critiques en affirmant : « Retirez ce passage ! Tout ce que j’ai écrit dans cet article reste valable ! ».

Difficile Yossi Klein. Difficile de laisser passer de telles âneries et assurer tout le monde que vous êtes « patriote ».

Patriote comment ? En faisant des parallèles aussi immondes ? Pourquoi ne pas continuer le boulot de l’Autorité Palestinienne ou du Hamas qui traitent les israéliens de nazis ? C’est du même tonneau pourtant…

En fait, il est fort simple d’écrire pour ce torchon si apprécié par le monde entier. Il suffit d’orienter ses propos pour en faire des critiques sans limites de tout ce qui est juif et/ou israéliens. Un exercice très facile puisqu’il suffit de pomper la télé du Hamas ou celle de l’AP voire de la presse écrite de celle-ci. C’est si facile de se faire un nom.

Un nom de quoi au juste ? D’antisémite, d’antisioniste ? De progressiste ? De pacifiste ? 

Oserais-je ? Un nom d’oiseau qui n’a pas d’ailes, pas de hauteur, qui souffre d’une frustration existentielle d’être né juif. Dur dur…

Qu’attendre de ces juifs allemands obligés de fuir leur « patrie d’amour » parce que des nazis les ont chassés. Ils pleurent leur Allemagne d’antan et continuent de haïr leur être profond en perpétuant tous les poncifs appris ou transmis par les familles.

L’Allemagne…Cette Allemagne où les juifs vivaient si heureux qu’ils se mirent à se convertir au protestantisme par « nécessité » d’appartenir à la bonne société d’abord.

Puis, par véritable envie d’intégration ou désintégration, ils ont commencé par « réparer les prépuces abîmés » par l’alliance puis pour ne plus pratiquer l’alliance…Trop visible pour une certaine classe argentée à planquer dans les cours de gym ou piscines.

Cela, c’est le revers de la médaille « des lumières ». On devait payer le prix de la citoyenneté en oubliant notre judaïsme ? Beaucoup s’y sont laissés prendre.

Des juifs totalement assimilés, convertis en Autriche au catholicisme et en Allemagne au protestantisme. Il y en eut tellement !

Cette nostalgie d’un pays « lumineux » comme l’Allemagne continue son bonhomme de chemin via ces juifs d’origine allemande si éloignés du judaïsme.

Klein, Schocken, Buber, Benyamin, tant d’autres ont contribué à croire qu’ils faisaient toujours partie de la société allemande. C’était si…éduqué, si classe !

Je me souviens d’un article si choquant qu’il fut (et je pense que cela était une première dans l’histoire de ce journal nauséabond), retiré. 

Un historien de l’université Bar Ilan proposa un article concernant le vieux poncif antisémite du « sacrifice d’un enfant chrétien ». Selon les dires de cet « historien », on aurait trouvé une histoire réelle qui se serait passée durant les premières croisades où une communauté juive allemande, sachant qu’elle serait totalement anéantie par les croisés sur le chemin de la terre promise, aurait tué leurs enfants et se serait suicidée.

Beaucoup d’historiens israéliens, allemands, italiens et français s’en mêlèrent pour dénoncer une telle connerie. Ce n’était que des racontars à la noix, fabriqués par des antisémites allemands au XIXè siècle et remis au goût du jour.

Le fameux « historien israélien » dut s’excuser mais comme nous le savons : LE MAL ÉTAIT FAIT ! Les arabes et les antisémites habituels s’en sont emparés et ont fait des copies par milliers. Si un juif en parlait c’est que cette histoire avait un fondement véritable et que les juifs utilisaient vraiment le sang d’un enfant chrétien pour faire ses matzoth.

Si la justice israélienne avait été prompte et normalement constituée, le Haaretz aurait du être conduit devant les tribunaux car l’affaire était très grave.

Rendez-vous compte de l’effet d’un tel article sur l’antisémitisme mondial. Demandez-vous pourquoi ça pousse, ça grossit, ça s’amplifie d’années en années ? Il suffit de trouver ce genre de « juifs » pour comprendre que la guerre des médias est perdue d’avance et que le Haaretz en est directement responsable.

LES MOTS TUENT. Shocken le sait. Klein le sait. Lévy aussi.

Quant à Amira Hass, elle a même trouvé le moyen d’aller jusqu’au bout de sa logique en épousant un arabe de Gaza, se convertir à l’islam, faire des enfants qu’elles élèvent à Ramallah. Et oui…même pour une ex-juive, Gaza reste dangereux !

Gideon Lévy, Amira Hass et toute une bande de nazes s’amusant à discréditer Israël ont colonnes ouvertes dans un journal qui pue car il n’y a pas d’autres mots pour qualifier ce torchon.

Je me demande toutefois si Klein ou Schocken, tombant aux mains du Hezbollah, auraient un petit traitement de faveur au regard de leurs nombreux soutiens à ce groupe si…pacifique !

Nina

2 Commentaires

  1. Savez-vous que « Haaretz » dans le premier verset de la Bible (Thora) correspond au minéral, c’est à dire la matière brute, sans vie donc sans âme.
    maintenant observez l’individu, vous ne trouvez pas qu’il est lui aussi en état de matière brute, sans vie et sans âme
    Si vous vous posez la question : mais pourquoi l’enfer existe, devant un tel individu, je ne me pose plus la question

LAISSER UN COMMENTAIRE