La source de cet article se trouve sur ce site

Que le rapport de Mr Yosef Shapira, contrôleur de l’État d’Israël, dénonce les dysfonctionnements des autorités en ce qui concerne les mesures votées et non appliquées pour rendre décent le niveau de vie des survivants de la Shoah est une utile première démarche… Qui ne vaut pas tripette si elle demeure sous la forme de vœu pieux ! Ceci-dit, nous sommes tous responsables, nous, citoyens israéliens de souche ou nouveaux venus.

« Plus de 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, 60 000 d’entre les anciens déportés qui en comptent 158 000 installés en Israël à ce jour, « survivent » dans des conditions indignes, des conditions reconnues elles-mêmes comme situées sous le seuil de pauvreté par le gouvernement » a déclaré Yosef Shapira.

Le rapport décrit la mauvaise coordination du gouvernement, l’incapacité de certains de ses organismes à exploiter des fonds déjà budgétisés, des lois compliquées et difficilement compréhensibles pour les survivants âgés, dont beaucoup n’utilisent pas internet ou ne maîtrisent pas suffisamment l’hébreu, des survivants dont l’âge moyen est de 85 ans.

Ce rapport prend une importance d’autant plus symbolique qu’il se trouve publié à quelques jours de Yom Hashoah, (journée du souvenir de la Shoah), célébration qui aura lieu en Israël dimanche soir et lundi et… que l’on sait le taux de leur mortalité se monter à 1 000 par mois à ce jour. Un taux qui ne peut que croître sinon embellir au fil du temps !

Un rapport qui stipule qu’en 2016, le ministère n’a utilisé que 4,3 millions de shekels (1,1 million d’euros) sur les 27,3 millions de shekels (7 millions d’euros) disponibles !

Alors un « rapport-vœu pieux » de plus ?

Malheureusement il semblerait qu’après tant d’autres, ce puisse être possible….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here