La source de cette article se trouve sur ce site

ccfa.fr. L’annonce, mi-mars, de l’acquisition de Mobileye, leader mondial des systèmes d’aide à la conduite et anti-collision pour les véhicules, par Intel pour 14,7 milliards de dollars, a confirmé l’émergence d’Israël en tant que centre de technologies automobiles. Cette transaction marque le plus gros rachat d’une entreprise de technologie israélienne et fait suite à une série d’accords et de partenariats conclus ces dernières années par de grandes entreprises de technologie et d’automobiles.

« Cet accord montre de manière spectaculaire que notre vision devient réalité. Israël devient un centre de technologie mondial, pas seulement dans l’informatique, mais aussi dans l’automobile », a déclaré le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Israël a déjà identifié le secteur de la technologie automobile comme potentiellement porteur pour l’économie et lui a alloué 250 millions de shekels (64 millions d’euros) pour les cinq années à venir. Selon Eli Groner, directeur général au cabinet de M. Netanyahu, le secteur de la technologie automobile pourrait doper la croissance de l’économie israélienne de 50 %.

La quasi-totalité des grands constructeurs d’automobiles sont présents en Israël et plusieurs ont réalisé des investissements dans le pays. General Motors et Daimler ont ouvert des centres de R&D. Ford a racheté en août dernier SAIPS AC, une société spécialisée dans la vision artificielle et l’apprentissage machine, et BMW a investi en 2015 dans l’application de transport Moovit.

Israël n’est pas réputé pour son industrie automobile. Le pays a produit des voitures à coques en fibres de verre qui ont eu leur heure de gloire sur le marché local dans les années 1960 et 1970, mais il profite aujourd’hui de l’intérêt croisant que le secteur automobile porte aux logiciels.

Le secteur de la technologie automobile en Israël compte actuellement environ 350 startups, selon IVC Research Center, et Eli Groner estime qu’il pourrait dépasser l’industrie de la cybersécurité.

A titre d’exemple, Argus Cyber Secutiy, basé à Tel Aviv, a annoncé au mois de janvier un partenariat avec Qualcomm Technologies pour protéger les voitures contre les piratages. Otonomo Technologies, une plateforme de données qui indique aux conducteurs quand ils doivent cesser de conduire en raison d’un dysfonctionnement et qui peut appeler les services d’urgence en cas d’accident, travaille avec neuf constructeurs, dont Daimler. Aquarius Engines, qui a conçu et développé un moteur pour générer de l’électricité, travaille avec le Groupe PSA et trois autres entreprises automobiles.

Pour le président et directeur du marketing d’Aquarius Engines, Gad Fridman, le rapprochement entre Intel et Mobileye valide les capacités d’Israël en matière de technologies dans l’industrie automobile. « Mobileye nous a considérablement aidés à ouvrir plus grand la porte de cette industrie », souligne-t-il.

Selon Yaniv Feldman, rédacteur en chef du blog israélien Geektime tech, près de 70 millions de dollars ont été investis dans la technologie automobile en Israël en 2016, et ce montant devrait augmenter de 25 % à 40 %.

Le secteur des technologies de conduite autonome se développe alors même que le secteur des technologies, qui a tiré l’économie en Israël au cours des deux dernières décennies, stagne.

Après l’annonce de l’acquisition de Mobileye par Intel, M. Netanyahu et le ministre israélien des Finances Moshe Kahlon, qui ont réduit les impôts sur les sociétés, ont annoncé qu’ils allaient examiner de nouvelles baisses de taxes. Des allègements fiscaux font d’ores et déjà partie du programme du gouvernement pour encourager des sociétés de technologie mondiales à faire davantage de recherche-développement en Israël.

Sources :  ccfa partie 1 et ccfa partie 2

LAISSER UN COMMENTAIRE