La source de cet article se trouve sur ce site

Sans doute vexé d’avoir dû concéder une deuxième visite familiale aux prisonniers palestiniens après leur grève de la faim, Israel, se met attaquer les familles de prisonniers lors de leurs visites !




A la prison d’Eshel dans le Neguev, ce lundi, les gardiens ont frappé les prisonniers et leurs familles avec des batons, et les ont aspergé de gaz lacrymogènes.

Le père du prisonnier palestinien Omar al-Sharif, qui avait fait toute la route depuis Jérusalem Est pour aller voir son dans le désert du Neguev, au sud d’Israel est arrivé à 7.30 du matin, avec les autres familles. « On nous a laissés attendre jusqu’à midi à l’extérieur de la prison, puis l’administration nous a soumis à des fouilles particulièrement provocantes et humiliantes », témoigne-t-il.

« Ainsi les femmes, mères et épouses qui rendaient visite à leurs fils et maris, ont été obligées, d’enlever leurs foulards et tous leurs bijoux, ce qui était une première ! »

« Les familles se sont plaintes dans la salle des visites, et un grooupe de gardiens a alors envahi la pièce, nous attaquant les uns et les autres à coups de bêtons et de gaz lacrymogène. Puis les prisonniers ont été menotté et contraints de retourner dans leurs cellules ».

« Après cette grève, les autorités israéliennes jouent avec nos émotions. Ils nous insultent, nous punissent et nous torturent. Ils essaient de nous épuiser, de nous briser et nous amener à ne plus avoir envie de rendre visite à nos proches », a déclaré l’un des visiteurs.

Ceci sachant que dans un pays aussi petit, le voyage pour les Palestiniens des territoires occupés qui veulent rendre visite en prison à un de leurs proches, prend entre 8 et 15 H, pendant lesquelles ils sont fouillés plusieurs fois et souvent forcés de se déshabiller, rappelle Addameer.

Source : Maan News Agency

CAPJPO-EuroPalestine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here