La source de cet article se trouve sur ce site

Attention, crise médicale sans précédent à Gaza, après la nouvelle réduction d’approvisionnement en électricité et la pénurie de médicaments, alerte l’association israélienne Médecins pour les Droits de l’Homme (PHR), en signalant que les malades gazaouis atteints de mucoviscidose, de cancer, et les nouveaux-nés sont les premières victimes de cette décision.


Le fait que l’Autorité Palestinienne (AP) ait régulièrement réduit son budget alloué à la santé et aux médicaments pour la bande de Gaza, passant de 4 millions d’euros par mois, pour n’atteindre que 500.000 euros en mai dernier, affecte les opérations courantes de 13 hôpitaux publics et 54 dispensaires dans la bande de Gaza, souligne cette ONG.

Un tiers des médicaments essentiels et plus de 270 équipements médicaux pour les salles d’opération et les services de soins intensifs sont désormais introuvables dans les hôpitaux de Gaza.

Du coup, 320 patients atteints de mucoviscidose sont en danger de mort, de même que 240 bébés avec des déficits de développement, qui ne reçoivent plus de lait thérapeutique, et 90 % des malades cancéreux qui ne reçoivent plus le traitement adéquat, précise le rapport établi par PHR.


“Les personnes atteintes de mucoviscidose ont besoin de 40,000 comprimés de Cryon pills, et il n’y en a plus aucun », a indiqué Ashraf al-Shanti, président de l’association des malades de la mucoviscidose à Gaza.

Le père de 2 enfants, de 14 et 9 ans, tous deux atteints de cette maladie, a déclaré à PHR :

« Ma fille ne peut plus sortir de son lit et je ne pense pas qu’elle puisse survivre plus d’un an dans de telles conditions. Et mon fils Akram, qui ne bénéficie plus de ses inhalations et qui tousse constamment risque de mourir suffoqué ».

Le ministère de la santé de Gaza’s qui avait déjà du mal à fournir le diesel qui fait marcher 87 générateurs qui fournissent l’électricité aux hôpitaux pendant les heures de blackout, ne sait plus comment faire.

« Les appareils de radiologie, sérieusement endommagés par les coupures d’électricité auxquels ils sont très sensibles, seront bientôt hors d’usage », a souligné pour sa part Ibrahim Abbas, chef du département radiologie des hôpitaux publics de Gaza.

“Les enfants de Gaza sont devenus les otages des conflits entre L’AP, le Hamas et Israel. Il est urgent d’approvisionner Gaza en argent, médicaments, et électricité, et d’ouvrir la bande de Gaza au monde extérieur, pour lui apporter l’assistance dont elle privée », a confirmé Robert Piper, le coordinateur de l’ONU pour les affaires humanitaires dans les territoires palestiniens occupés.

Les associations de défense des droits de l’Homme comme PHR et B’Tselem contestent le fait qu’il s’agirait uniquement d’un conflit interne entre l’AP et le Hamas, et soulignent qu’ »Israel est le principal responsable de cette situation crée par un blocus inhumain qui perdure depuis 10 ans, et qui n’a aucun équivalent dans le monde moderne »

« Nous ne sommes pas confronté à Gaza à une catastrophe naturelle. C’est le résultat de la politique israélienne qui a institué ce siège barbare », a déclaré B’Tselem.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Maan News Agency

CAPJPO-EuroPalestine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here