La source de cet article se trouve sur ce site

La Syrie déclare la trêve juste avant la rencontre Trump -Poutine

L’armée syrienne a brusquement déclaré un cessez-le-feu le lundi 3 juillet,dans les combats féroces contre les forces rebelles , dans les régions sud des frontières israéliennes et jordaniennes.

Ce n’est que l’un des trois événements survenus ces dernières 24h, dans cette partie assiègiée de la Syrie :

1. Le cessez-le-feu, selon Damas, sera en vigueur jusqu’au mercredi 6 juillet et il couvrira tous les champs de bataille actifs dans le sud : Deraa à moins d’un kilomètre de la frontière jordanienne – Quneitra, d’où les obus de mortiers de l’armée syrienne traverse la frontière pour s’écraser sur le territoire israélien, notamment tout au long de la semaine dernière ; et Swaydeh, qui se situe à l’est de Deraa.

De façon assez surprenante, ce cessez-le-feu n’a pas été annoncé, avant lundi après-midi, bien qu’il soit entré en vigueur dimanche à minuit, sans préavis. Selon nos sources,les Russes ont, vraisemblablement fait pression sur le Président Bachar El Assad, afin qu’il surmonte son refus d’ordonner à son armée de cesser les combats. D’autre part, il n’aurait accepter une pause de quatre jours que pour mieux reprendre ensuite les combats.

2.  Cette annonce a coïncidé avec une réunion de diplomates russes, Turcs et Iraniens dans la capitale kazakhe d’Astana afin de débattre du découpage de zones de désescalade en Syrie, dont l’une dans le sud de la Syrie où le cessez-le-feu est entré en vigueur.

3. Les sources des renseignements militaires de Debkafile révèlent que cette mesure est le premier signe visible d’une entente préalable conclue par les officiers américains et russes au cours de leurs pourparlers secrets samedi 1er juillet à Amman. Ils ont discuté du cessez-le-feu dans le sud permettant de paver la voie en vue de l’établissement de zones démilitarisées dans l’Est de la Syrie.

Selon nos sources, leur pacte d’entente couvrirait une bande de territoire de 128 kms qui s’étend du centre Tabqa au nord (où les Etats-Unis escomptent bâtir une base aérienne) jusqu’à Karama dans la vallée du fleuve Euphrate. Il n’est pas encore clair de savoir si l’armée syrienne et les forces irakiennes pro-iraniennes ou le Hezbollah qui combattent dans ces zones seront d’accord de stopper leur avance à la frontière syro-irakienne, en conformité au pacte d’entente américano-russe.

Le tableau qui commence à s’esquisser est celui où Washington et Moscou font un effort pour mettre en place les contours d’un plan en vue de la création de zones de déconfliction, juste à temps pour la première rencontre entre Trump et Poutine en fin de semaine, en marge du Sommet du G20 à Hambourg.

Cependant, les deux Présidents peuvent s’apercevoir que d’autres poussent de toutes leurs forces contre leur initiative : l’Ayatollah Ali Khamenei d’Iran, le Président Assad et le chef des Brigades Al Quds, le Général Qassem Soleimani, commandant des fronts syriens et irakiens pour l’Iran. Ce trio infernal est en plein élan en vue d’une offensive visant à s’emparer de cette région frontalière très prisée et amèrement contestée de Syrie et ils sont convaincus que la tendance forte de cette offensive est qu’elle bascule en leur faveur.

DEBKAfile  Reportage Spécial  3 juillet 2017, 7:09 PM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here