La source de cet article se trouve sur ce site

Prime Minister Narendra Modi vowed to work closely with the Trump administration, but obstacles soon emerged on issues such as trade and visas for Indians wanting to work in the United States
PATRICIA DE MELO MOREIRA (AFP)

Modi enchaînera les rendez-vous notamment avec le président Rivlin et le chef de l’opposition Herzog

Le Premier ministre indien Narendra Modi entamera ce mardi une visite historique de trois jours en Israël: une première pour un chef de gouvernement indien.

M. Modi arrivera à Tel Aviv à 16h00 et sera accueilli en grande pompe à l’aéroport Ben Gourion par son homologue israélien Benyamin Netanyahou, qui s’est réjoui à plusieurs reprise du caractère unique de cette visite ces derniers jours.

L’agenda du Premier ministre indien durant ces trois jours s’annonce chargé: M. Modi se rendra au mémorial de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem ainsi qu’à Haifa pour rendre hommage aux soldats indiens tués durant la Première Guerre mondiale.

Il participera également à une rencontre avec quelque 4.000 juifs indiens à Tel Aviv.

Le Premier ministre s’entretiendra par ailleurs avec le président Reuven Rivlin ainsi qu’avec le chef de l’opposition Yitzak Herzog.

Netanyahou et Modi
AFP

Modi ne se rendra toutefois pas en Cisjordanie ou au Mur occidental. Aucune entrevue n’est d’ailleurs prévue avec des responsables palestiniens, malgré une rencontre en mai dernier à New Delhi avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Cette visite accentuera la coopération bilatérale entre Israël et l’Inde dans divers domaines tels que la sécurité, l’agriculture, l’eau et l’énergie, a indiqué Netanyahou.

« C’est un pas en avant significatif dans le renforcement des relations entre les deux pays », a ajouté le Premier ministre israélien, qui dérogera au protocole en accompagnant son homologue à la plupart de ses rendez-vous.

M. Modi ainsi que sa délégation repartiront en Inde jeudi.

Cette visite, qui marque le 25e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays est « une nouvelle manifestation de la force militaire, économique et diplomatique de l’Etat hébreu », a souligné Netanyahou.

President Donald Trump and Indian Prime Minister Narendra Modi exchanged hugs in the White House Rose Garden in front of reporters
Nicholas Kamm (AFP)

L’Inde a traditionnellement exprimé son soutien à la création d’un Etat palestinien et refusé longtemps d’établir des relations diplomatiques avec Israël.

Mais un dégel est survenu ces dernières années en raison du désir de l’Inde d’établir des relations plus étroites avec Israël, notamment dans le domaine de la défense, au détriment de la Russie, son allié et fournisseur traditionnel.

M. Modi effectue sa visite en Israël après une rencontre la semaine dernière à Washington avec le président Donald Trump au cours de laquelle les deux dirigeants ont affiché leur amitié tout en s’engageant à œuvrer en commun contre le terrorisme et dans la guerre en Afghanistan.

L’Inde est actuellement l’économie qui connaît la croissance la plus élevée dans le monde, une performance, qui espère M. Modi, devrait attirer de plus en plus d’investissements étrangers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here