La source de cet article se trouve sur ce site
C’est ce qui s’appelle joindre l’utile et le très, très agréable : désigné Ambassadeur de la délégation française pour les Maccabiades 2017, compétition sportive juive organisée tous les quatre ans en Israël sur le modèle des Jeux olympiques, Fabien Gilot a profité de sa présence en couple à Jérusalem pour demander sa compagne, Audrey Selles, en mariage. Elle a dit oui ! 

Le nageur nordiste licencié au Cercle des nageurs de Marseille, président du Conseil national du sport depuis le mois de mars, et la ravissante avocate marseillaise ont l’un et l’autre partagé l’heureuse nouvelle via Instagram. « Elle a dit oui », a sobrement jubilé Fabien Gilot, 33 ans, en légende d’un selfie à deux devant la Tour de David qui a suscité une flopée de félicitations – dont celle de la nageuse Charlotte Bonnet.

Audrey, quant à elle, a adressé une flamboyante déclaration d’amour à son chéri, membre du relais 4×100 m nage libre champion olympique à Londres (2012) et vice-champion olympique à Rio (2016) :
« Il est ma plus belle histoire d’amour. Tout ce dont une femme peut rêver. Il est exceptionnel, extraordinaire et c’est l’homme le plus merveilleux de la Terre. Je l’aime plus que tout.
Je suis à cet instant la plus heureuse et la plus chanceuse de toutes les femmes. J’ai dit ‘oui’ @fabien_gilot », s’est-elle extasiée, complétant son message d’une salve de hashtags tout aussi euphoriques : « mon amour », « mariageenapproche », « le seul et unique », « montout », « toutsimplementlemeilleur ». Beaucoup, beaucoup d’émotion…

Fabien Gilot et Audrey Selles ont pu partager leur bonheur avec les autres ambassadeurs des Maccabiah Games 2017 présents à leur côté : l’acteur Pascal Elbé, le producteur Elie Chouraqui et le rugbyman Pascal Papé.
On notera par ailleurs que le choix de Fabien Gilot de faire sa demande en Israël n’était peut-être pas qu’une question d’opportunité, mais aussi un choix symbolique : en 2012, des médias israéliens avaient été intrigués par son tatouage en hébreu, signifiant « Je ne suis rien sans eux » et interprété comme un hommage à son grand-père Max Goldschmidt, rescapé des camps de la mort.

Source koide9enisrael

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur « Faire un don », et d’avance MERCI à vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here