La source de cet article se trouve sur ce site

Samedi, l’ambassadeur d’Israël à Budapest avait demandé publiquement au gouvernement hongrois, nostalgique du régime nazi des années 1940, de cesser immédiatement une campagne visant George Soros, un milliardaire libéral dont les origines juives sont systématiquement soulignées par le parti d’extrême-droite au pouvoir.



(la campagne gouvernementale anti-Soros : le message, menaçant, dit : « Rira bien qui rira le dernier »)

Agé de 87 ans, George Soros, installé aux Etats-Unis depuis des décennies, est lui-même d’origine hongroise, rescapé du génocide conduit en Hongrie par les nazis et le gouvernement collabo de ce pays.

Il a bâti sa fortune par la spéculation financière et monétaire, mais depuis qu’il est devenu immensément riche, il a apparemment décidé en quelque sorte de se « racheter », en consacrant une partie de son argent à la défense de causes humanitaires : en Hongrie, par exemple, il s’oppose à la politique xénophobe anti-migrants du gouvernement de Viktor Orban, ce qui lui vaut les foudres de ce dernier, et la campagne d’affiches anti-Soros placardées un peu partout depuis quelques jours.

Les institutions juives locales s’en sont émues, d’autant plus que les affiches anti-Soros sont « enrichies » d’une série de graffiti ouvertement antisémites. A quelques jours de la visite programmée de Netanyahou à Budapest, ces institutions ont alerté l’ambassade israélienne, lui demandant d’intervenir pour faire cesser un climat qu’elles trouvent de plus en plus dangereux pour les 100.000 citoyens hongrois d’origine juive.

L’ambassadeur a accepté, et a publié samedi, un communiqué critiquant la campagne anti-Soros.

Mais dimanche, patatras !

Le quotidien Haaretz révèle que sur ordre direct du Premier ministre Benjamin Netanyahou, la diplomatie israélienne a fait marche arrière, et qu’elle a au contraire félicité Viktor Orban pour sa campagne anti-Soros.

Dans un communiqué désavouant l’initiative de son ambassade, le ministère israélien des affaires étrangères écrit ainsi : « Jamais nous n’avons eu l’intention de remettre en cause la légitimité de la campagne contre George Soros, un homme qui sape les fondements du gouvernement démocratiquement élu d’Israël, en finançant des associations qui calomnient l’Etat juif et cherchent à lui dénier le droit de se défendre ». De fait, Soros aurait aussi le grand tort, outre ses prises de position contre l’extrême-droite hongroise, de ne pas donner d’argent au lobby israélien, comme l’AIPAC aux Etats-Unis, et de financer quelques ONG critiques du criminel de guerre Netanyahou.

C’est pourtant ce dernier que Macron a invité, en toute impudence, à venir commémorer à Paris les martyrs juifs de la Rafle du Vel d’Hiv !

Source : http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.800437

NON A LA PRESENCE DU CRIMINEL NETANYAHOU EN FRANCE !

TOUS A LA MANIFESTATION, SAMEDI 15 JUILLET À 15 HEURES, PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARIS !

CAPJPO-EuroPalestine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here