La source de cet article se trouve sur ce site

En l’absence de sanctions, Israel se moque bien du fait que toutes les organisations internationales et israéliennes de défense des droits de l’homme ont condamné la détention sans inculpation, sans jugement, et renouvelable à volonté, pudiquement nommée « détention administrative » : 50 Palestiniens supplémentaires viennent d’être condamnés cette semaine à de telles peines !




C’est le cas notamment de Khalida Jarrar, élue députée au Conseil Législatif Palestinien, qui a été condamnée par un tribunal militaire de l’occupant à 6 mois de « détention administrative », ce mercredi.

Cette militante pour les droits de la femme et ceux des prisonniers avait été kidnappée une nouvelle fois à son domicile lors d’un « raid » au début juillet. Aucun avocat ne peut donc la défendre puisqu’il n’y a ni dossier, ni inculpation !

C’est le cas de centaines d’autres détenus palestiniens, dont une cinquantaine de nouveaux cas, de première peine ou de renouvellement, annoncés cette semaine par Israel.

Par ailleurs, cela fait maintenant 3 semaines que l’avocate Shireen Issawi est maintenue en confinement solitaire (cellule minuscule et sale, sans lumière du jour, et sans contact aucun avec les autres prisonnières de la prison israélienne de Jalama. Trois caméras sont en outre installées dans sa cellule, ne lui laissant pas la moindre intimité.


Shireen Issawi, déjà détenue en mars 2014, avait été libérée, puis réarrêtée l’an dernier et condamnée à 4 ans de prison, avec son frère, sous l’accusation d’avoir aidé des prisonniers palestiniens.

Le 22 juin, les gardiens de la prison avaient donné l’assaut dans sa cellule, la blessant et la laissant en sang, avant de la placer, ainsi que 3 autres Palestiniennes, Dalal Abu al-Hawa, Sabah Faroun, et Ataiya Abu Eisha, en « confinement solitaire », une situation particulièrement sadique.

Les 3 autres prisonnières ont été sorties de ce confinement, mais pas Shireen, qui en est à son 23ème jour d’isolement « pour raisons administratives » (réponse de la prison)

Elle a en plus reçu une amende de 200 euros après le raid brutal dont elle a été la victime dans sa cellule !

Shireen issawi menace de se mettre en grève de la faim, si on la laisse « confinée » de la sorte.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Maan News Agency

CAPJPO-EuroPalestine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here