La source de cet article se trouve sur ce site

Le président de la République Française, Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou commémorent ce dimanche matin la rafle du Vel d’Hiv. C’est la première fois qu’un Premier ministre israélien participe à la cérémonie d’anniversaire de l’un des épisodes les plus noirs de l’histoire de France. En 1995, Jacques Chirac fut le premier président à reconnaitre la responsabilité française et depuis, ses successeurs l’ont tous imité, y compris Emmanuel Macron qui a réaffirmé ce matin que la France était responsable de la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942 et de la déportation de milliers de juifs. 

.

En juillet 1942, 13 152 juifs , dont près de quatre mille enfants, ont été arrêtés par 7 000 policiers et gendarmes français sur ordre du pouvoir français en place et moins d’une centaine de personnes survécurent  dont aucun enfant. Cet épisode tragique a fait polémique pendant la dernière campagne présidentielle, Marine Le Pen avait affirmé que la France n’était «pas responsable du Vel d’Hiv» reprenant ainsi les positions des présidents français avant Chirac.

Pour sa part, Emmanuel Macron a réaffirmé dimanche 16 juillet, lors des commémorations du 75e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv que « c’est bien la France qui organisa » la rafle en juillet 1942 et la déportation de milliers de juifs. « Pas un seul Allemand » ne participa à l’organisation de cette rafle, a précisé le chef de l’État, lors d’une allocution en présence de Benjamin Netanyahu.

Le chef de l’État a également rendu hommage à Jacques Chirac alors qu’il souhaite « que se perpétue le fil tendu en 1995 » par l’ancien président de la République, le premier à reconnaître la responsabilité de la France dans les persécutions antisémites et non celle du seul régime de Vichy.

Tel-Avivre – la rédaction –

Print Friendly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here