La source de cet article se trouve sur ce site

Pour la première conférence des territoires, Emmanuel Macron a promis ce lundi 17 juillet une couverture de la France entière « en haut et très haut débit » d’ici « à la fin de l’année 2020 », soit avec deux ans d’avance sur le plan de la précédente majorité. « Je souhaite encore accélérer le calendrier afin de parvenir à une couverture en haut et très haut débit d’ici à la fin de l’année 2020 » et « non plus en 2022 », a déclaré le chef de l’État. « Nous devons donc, d’ici à la fin de l’année, prendre des mesures nouvelles d’incitation et de contrainte à l’égard des opérateurs de téléphonie », a-t-il ainsi souligné.

Emmanuel Macron a indiqué vouloir anticiper l’échéance de 2022 parce qu’il ne serait « pas sûr » en la maintenant d’être « en situation parfaite de pouvoir en répondre » au moment de la fin de son mandat. « Si je vous dis fin 2020, je sais que j’aurai encore l’année 2021 pour pouvoir rattraper les retards », a-t-il ainsi observé. « Les déploiements ne sont pas assez rapides, les opérateurs, aujourd’hui, rechignent encore dans les endroits qui sont les moins rentables », a déploré le chef de l’État.

Combattre la fracture numérique

Il a appelé à « envisager les complémentarités technologiques » entre la fibre optique, le mobile et en particulier l’Internet mobile ou le satellite, jugeant « impossible de tenir la promesse de tirer de la fibre dans tous les logements de la République ». « Cette promesse est intenable technologiquement et financièrement », a-t-il insisté. L’État, a-t-il encore précisé, « affectera une part du grand plan d’investissement à cette priorité pour, là où c’est nécessaire, là où des carences sont constatées, se substituer aux opérateurs défaillants ». La fracture numérique, a insisté le président Macron, est « la première chose qui nourrit les extrêmes ».

Réduction des élus locaux

Emmanuel Macron a affirmé lundi qu’il fallait « engager une réduction du nombre des élus locaux, comme il a décidé d’« engager une réduction du nombre de parlementaires ». « Nos concitoyens ne comprendraient pas ce traitement différencié », a ajouté le chef de l’État. Au cours de la campagne présidentielle puis, le 3 juillet, devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, Emmanuel Macron a promis une réduction d’un tiers du nombre des parlementaires dans chacune des deux chambres.

« Refonte fiscalité locale »

Le président a également annoncé son intention d’ouvrir une « réflexion profonde » sur la « refonte de la fiscalité locale » en France pour envisager les mesures de « substitution » de la taxe d’habitation qu’il entend supprimer pour 80 % des ménages. « Je souhaite que nous ouvrions, dans le cadre d’une commission de travail (…), une réflexion profonde de la refonte de la fiscalité locale et en particulier en substitution de la taxe d’habitation », a déclaré le chef de l’État.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here