La source de cet article se trouve sur ce site

Publié le : 10 août 2017

Les juifs représentaient 10 % de la population de Forbach en 1836, lors de l’inauguration de la synagogue de Forbach.

Dans l’histoire des Juifs de la ville, cette édification fut sans conteste le grand événement du 19e siècle.

Un premier bâtiment cultuel construit vers 1730 près de la porte inférieure de la ville, permet aux cours du 18e siècle, aux quelques familles juives de pratiquer leur religion.

L’accroissement de la communauté, dont les membres avaient obtenu la citoyenneté française par le décret du 27 septembre 1791, nécessite la construction d’une synagogue plus vaste. En effet en 1834, avec 314 juifs, Forbach accueille alors la deuxième communauté juive du département.

La synagogue de Forbach ©GoogleMaps

Le terrain acheté en 1829

Le terrain pour la construction est acheté en 1829. Les travaux sont financés par des dons volontaires faits par les nombreuses familles juives de la ville. Malgré des difficultés pour obtenir des subventions pour régler la totalité des frais de construction, le devis ayant été sous-estimé, la synagogue est bâtie et inaugurée en 1936.

En 1862-63, l’édifice est entièrement rénové, les murs extérieurs surmontés d’un grillage et de nouveaux bancs installés.

En mars 1936, une cérémonie est organisée pour le centenaire de la construction.

Dépôt de marchandises pendant la guerre

Avant la déclaration de la guerre, le 3 septembre 1939, Forbach se vide progressivement de sa population juive, qui s’éparpille dans toute la France. 104 membres de la communauté ne reviendront pas des camps de la mort. Une plaque à l’entrée de la synagogue commémore leur sacrifice et rappelle leurs noms ainsi que ceux des résistants fusillés et des morts au champ d’honneur. Le nom d’Henri Kaufmann, ministre-officiant mort en déportation, est donné par la ville à la rue longeant le cimetière juif de Forbach.

Pendant la guerre, la synagogue sert de Dépôt de marchandises, ce qui la sauve de la destruction.

Importants travaux de rénovation

Grâce aux efforts des rescapés, elle retrouve sa destination après la guerre, mais elle n’est pas remise en service tout de suite. Pendant plusieurs années, les offices des grandes fêtes sont célébrés à la salle des fêtes municipale prêtée par la ville. Le temps que la communauté entreprenne d’importants travaux de rénovation et dote la synagogue de mobilier neuf et de nouveaux ornements religieux.

L’élargissement de la rue Houchard, devenue avenue Saint-Rémy, entraîne la suppression du grand jardin, situé devant la synagogue ainsi que la maison d’œuvre. À la place, on construit de l’autre côté de l’édifice religieux une maison comprenant un oratoire, des salles de classe et un logement pour le Hazan.

En 1969 sont ajoutées une salle communautaire et une grande cuisine.

La désaffectation prononcée par le préfet

Au fil des années, la communauté juive de Forbach va se réduire. En 2013, n’ayant plus les moyens humains pour gérer l’entretien de l’édifice de l’avenue Saint-Rémy, elle décide de demander au préfet de désaffecter le lieu de culte. La Ville de Forbach se positionne pour reprendre le bâtiment. En 2015, elle signe un bail emphytéotique avec le consistoire israélite de Moselle. Depuis, la synagogue, est devenue un lieu de culture et d’expositions. Elle abrite désormais l’association d’art contemporain Castel Coucou ainsi que l’École municipale de théâtre, qui se partagent les locaux..

Par Le Républicain Lorrain – JSSNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here