La source de cet article se trouve sur ce site

La direction de France Info reçoit des courriers de protestation concernant ses annonces publicitaires sur TEVA, laboratoire israélien de génériques placé en haut de la liste noire des firmes opérant dans les colonies installées illégalement sur les territoires palestiniens. Ci-dessous le message d’un auditeur.


Courriel adressé à :

Messieurs,

Plus d’un an et demi après votre réponse incomplète à ma question sur le soutien en publicité apporté par France Info à la firme TEVA, je constate que vous reprenez les annonces pour vanter les mérites d’une firme qui viole le droit international.

L’Organisation des Nations Unies (ONU) par l’intermédiaire de son Conseil aux Droits de l’Homme a annoncé la publication, en décembre prochain, d’une liste des entreprises de toutes nationalités opérant dans les colonies israéliennes installées illégalement dans les territoires palestiniens occupés.

Parmi celles-ci figure « en bonne place » la société TEVA.

Encore une fois, France-Info qui, par sa nature, devrait rester neutre dans les conflits, s’acoquine ouvertement avec un groupe qui participe à la colonisation des territoires palestiniens.

Que ferez-vous lorsque TEVA, comme d’autres, sera condamnée au niveau international pour sa participation à l’occupation et au dépeçage du territoire palestinien ?

Continuerez-vous à en faire une publicité insolente, oubliant ainsi les milliers de malades à GAZA qui ne peuvent que mourir dans l’attente de médicaments qu’ils ne peuvent même pas acheter !

Vous avez décidément une piètre idée de votre conscience journalistique. Et pourtant, j’ose espérer que ce changement international dans la prise en compte du fait Palestinien vous fera tomber les écailles des yeux …

François BOHY

Vous pouvez en faire de même et envoyer un courriel pour montrer à cette radio qu’il y a de nombreux auditeurs qui sont choqués par cette complicité avec de graves violations du droit international.

  • Et aussi l’information selon laquelle le procès qui devait se tenir en appel à Metz ce jeudi 5 octobre n’a pas pu avoir lieu. Tout le Palais de Justice de Metz est fermé et tout son personnel, ainsi que les juges sont en grève depuis plusieurs jours, après l’annonce du gouvernement de la fermeture de la Cour d’appel de Metz, dans le cadre de restrictions sur le budget de la Justice.

En février dernier, Richard, militant BDS ayant conseillé à des pharmaciens de ne pas vendre des médicaments TEVA pour des raisons d’éthique, avait été relaxé par le tribunal de Metz. Jugement contre lequel les parties civiles faisaient appel. On ne sait pas à quelle date ce procès en appel sera reporté.

CAPJPO-EuroPalestine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here