La source de cet article se trouve sur ce site


L’activiste controversé entendait «préparer une manifestation contre les biens mal acquis». Mais il a fait une mauvaise rencontre.
Le controversé militant algérien Rachid Nekkaz, qui s’est notamment rendu célèbre pour payer les amendes des femmes voilées verbalisées dans l’espace public, a été violemment agressé ce vendredi matin à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).
Le militant s’était rendu boulevard Victro-Hugo, sous les fenêtres d’un ancien dignitaire algérien, Amar Saïdani, qui fut président de l’assemblée populaire nationale algérienne de 2004 à 2007 puis secrétaire général du FLN, le parti au pouvoir, de 2013 à 2016. Rachid Nekkaz entendait «préparer une manifestation anti-corruption» devant ce qu’il considère comme «un bien mal acquis».
Sauf que sa présence a visiblement irrité un proche d’Amar Saïdani – que Rachid Nekkaz présente comme son fils mais sans que cette affirmation ait pu être vérifiée. L’homme est sorti de l’immeuble est lui a assené des coups suffisamment violents pour briser le nez de Rachid Nekkaz.
Peu après l’agression, l’activiste, le visage ensanglanté, a filmé l’intervention de policiers municipaux de Neuilly. La municipalité confirme l’intervention mais ne fait pas plus de commentaires. Rachid Nekkaz, par ailleurs soupçonné d’agir comme un marchand de sommeil par la mairie de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), a été pris en charge par les pompiers et dit avoir été conduit à l’hôpital Franco-britannique de Neuilly puis à la Pitié-Salpétrière (Paris XIIIe).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here