La source de cet article se trouve sur ce site

Par Eric Brunet

Vendredi 6 Octobre 2017
Le grand mufti et Hitler s’accordaient contre leurs ennemis communs, les juifs et les Britanniques. Aujourd’hui encore, ces deux idéologies convergent.
Body
Le fascisme et l’islamisme se sont déjà croisés dans l’histoire. Souvenez-vous du grand mufti de Jérusalem Haj Mohammad Amin al-Husseini (1897-1974). Cette grande autorité de la religion musulmane n’avait pas hésité à nouer une alliance solide et pérenne avec Hitler. À l’origine, le grand mufti avait les mêmes ennemis que le Führer : les juifs et les Britanniques. Dès l’année de l’accession de Hitler au pouvoir, les deux hommes avaient commencé à correspondre. Le 28 novembre 1941, Hitler avait invité al-Husseini à Berlin. Le chef du IIIe Reich avait même pris des engagements officiels devant son hôte : après sa victoire contre le Royaume-Uni et l’URSS, l’Allemagne viserait la destruction des juifs vivant dans « la sphère arabe sous la protection britannique » et c’est al-Husseini qui déclencherait les « opérations arabes qu’il aura secrètement préparées ». La retranscription de cette rencontre est connue des historiens.

Al-Husseini admirait aussi Staline. Fait étrange, bien après la guerre, les dirigeants de l’Autorité palestinienne admiraient encore le grand mufti de Jérusalem… Le 27 juin 2017, lors d’une vente aux enchères, six photographies montrant le grand mufti al-Husseini vers 1943, visitant un camp dans l’Allemagne nazie, ont été vendues 12 300 dollars.
Voici quelques années, la chaîne Arte avait diffusé un documentaire passionnant sur le sujet : la Croix gammée et le Turban, la tentation nazie du grand mufti (Turban und Hakenkreuz, der Großmufti und die Nazis).
« >
Comment ne pas évoquer la 13e division de la Waffen-SS Handschar, composée de musulmans bosniaques. Pour justifier la création de cette unité, en contradiction avec les théories raciales du Reich, Heinrich Himmler prétendit que les musulmans bosniaques étaient à l’origine des Goths, donc des Aryens. La propagande allemande créa à cette occasion le terme “germano-musulman”. Les SS de la division Handschar portaient un fez musulman, ornementé d’une tête de mort, traditionnel emblème des SS. Sur le col de leur chemise, la Sieg Rune fut remplacée par un cimeterre et une croix gammée. Plus de 2 millions de Reichsmarks seront dédiés à la campagne de recrutement ; 26 000 hommes seront recrutés pour cette division. Aucun recrutement forcé ne sera à noter, comme en attestent les archives militaires allemandes.
En 2017, existe-t-il encore des éléments de convergence entre fascisme et islamisme ? Oui, répond Hamed Abdel-Samad, libre-penseur germano-égyptien vivant sous protection policière, qui publie le Fascisme islamique chez Grasset.

Oui, répond aussi Zineb El Rhazoui, journaliste franco-marocaine et militante féministe menacée de plusieurs fatwas. Zineb était en congés le 7 janvier 2015, jour où ses collègues de Charlie Hebdo tombèrent sous les balles des frères Kouachi. Elle est aujourd’hui une des femmes les plus protégées de France. Elle publie Détruire le fascisme islamique (Ring) afin de dénoncer les islamistes, bien sûr, mais aussi les « collaborationnistes » français. Ces bonnes consciences antiracistes qui traquent l’islamophobie. Elle dit : « Ceux qui tiennent des propos qualifiés d’“islamophobes” en Europe seraient mis en prison dans le monde musulman, fouettés, agressés ou assassinés. Le dernier assassinat date de moins d’un mois, avec l’écrivain jordanien Nahed Hattar, qui a été tué alors qu’il se rendait à son procès pour “insulte” à l’islam. Là-bas, les islamistes disposent de moyens légaux pour faire taire ceux qui critiquent leur idéologie. En Europe, ils n’ont pas ces moyens-là et ils ne peuvent pas nous mettre en prison. Ils peuvent soit nous assassiner, comme ce qu’ils ont fait avec la rédaction de Charlie Hebdo. Ou alors, s’ils ne veulent pas emprunter la voie terroriste, le seul moyen qui leur reste est de recourir à cette ruse sémantique qu’est l’islamophobie. Critiquer leur idéologie, c’est être raciste, puisqu’elle serait inhérente à leur race »…
Zineb a raison : les bonnes consciences qui répètent à l’envi que l’islamophobie est un crime raciste sont les idiots utiles des extrémistes islamistes.
Source :
https://www.valeursactuelles.com/politique/islamisme-et-fascisme-89345

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here