La source de cet article se trouve sur ce site
De 1942 à 1944, plus de 11 450 enfants juifs ont été déportés de France pendant la Seconde Guerre mondiale. Très peu sont revenus des camps d’extermination nazis.

Depuis des années, dans tous les arrondissements, les bénévoles des Associations pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés (AMEJD) se mobilisent afin de rendre hommage à tous ces enfants victimes de la Shoah.

Des plaques commémoratives ont été apposées dans les écoles parisiennes en hommage à tous ces enfants partis trop tôt. À ce jour, 370 plaques commémoratives sont réparties sur les établissements scolaires de la capitale.  Pour rendre hommage aux plus jeunes enfants, qui n’étaient pas scolarisés, des stèles ont été réalisées dans les parcs et jardins de la Ville.

Si des plaques commémoratives dans les écoles parisiennes et la réalisation de stèles dans les parcs et jardins ont vu le jour ces dernières années, aucun monument parisien d’ensemble n’offrait la possibilité, en un lieu de mémoire collective général et approprié, d’honorer spécifiquement le souvenir des enfants juifs déportés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Conformément à la promesse d’Anne Hidalgo faite lors du dévoilement d’une plaque commémorative au même emplacement, un appel à projets a été lancé pour la création d’un monument ad hoc. Un lieu de mémoire collective a été déterminé, en tant que lieu de mémoire reconnu de la Déportation depuis 1945, afin d’honorer le souvenir des enfants. Le jury, présidé par Ivan Levaï, a sélectionné le dossier de Casto Solano pour son originalité et l’émotion qu’il provoque.

Jeudi 12 octobre, la Maire de Paris, Anne Hidalgo, a inauguré le Monument à la mémoire des 11 450 enfants juifs déportés de France victimes de la Shoah, au cimetière du Père Lachaise (20e). 

Sources presse.paris et paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here