La source de cet article se trouve sur ce site

C’est une nouvelle déclaration que l’on pourrait prêter à une moquerie de cours d’école mais la phrase émane du président de la première puissance mondiale, Donald Trump.

Alors qu’il commentait dans une série de tweets les « progrès » réalisés dans les dossiers syriens et nord-coréens, le président américain s’est livré à une phrase surréaliste, expliquant « Pourquoi Kim Jong-Un m’insulterait-il en me traitant de « vieux » alors que je ne le traiterai JAMAIS de « petit gros » ? Eh bien, j’essaie tellement d’être son ami, peut-être qu’un jour ça arrivera ! ».

Cette curieuse façon de proclamer son envie de nouer des relations amicales, le président américain a dû s’en expliquer en conférence de presse à Hanoï au Vietnam. Donald Trump a confirmé ses velléités d' »amitié ». « Il se passe des choses bizarres dans la vie », a-t-il expliqué sur un ton appaisé, alors que la Corée du Nord a qualifié la tournée de Trump de « va-t-en-guerre ».

Des « progrès » sur les dossiers syriens et nord-coréens

Donald Trump s’est félicité dimanche de l’avancement accompli sur le dossier nord-coréen en annonçant que la Chine allait durcir les sanctions contre Pyongyang, sans donner d’autres précisions.

Le président américain a aussi rencontré le président russe Vladimir Poutine en marge du sommet Asie-Pacifique, où il a été question notamment de l’ingérence russe pendant la campagne présidentielle américaine, mais pas que.

Critiquant les « haineux » et les « fous » qui ne « comprennent pas qu’avoir de bonnes relations avec la Russie est une bonne chose et pas une mauvaise » dans un nouveau tweet, Donald Trump confie avoir eu de « bonnes discussions » avec son homologue russe à propos de la Syrie et dit « espérer » que la Russie « aide » les Etats-Unis, en compagnie de la Chine, pour « résoudre » le cas nord-coréen. « Des progrès ont été faits » a indiqué le 45e président des Etats-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here