La source de cet article se trouve sur ce site
Trois familles creusoises ont reçu la plus haute distinction civile d’Israël ce dimanche à Soubrebost. Ce sont des Justes parmi les Nations. Deux couples et une femme ont été récompensés à titre posthume pour avoir protégé des enfants juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

Au cours de la cérémonie, des écoliers lisent un poème, Le Badge, d’Albert Pesses, un des enfants juifs cachés pendant la guerre en France.

Des enfants rescapés, il y a en trois dans la salle, sauvés par trois familles creusoises, les familles Conchon, Jouannaud et Vallaud. Daniel, aujourd’hui 83 ans, a du mal à contenir son émotion.

« Il y a 74 ans, presque jour pour jour, en novembre 1943, j’arrivais chez Simone. J’avais 9 ans. »

Daniel ne lui dira jamais assez merci.  » C’est une reconnaissance envers un geste tout à fait bénévole d’une personne qui était elle-même à l’époque en grande difficulté,raconte Daniel. Son mari était prisonnier en Allemagne. Elle devait mener une ferme toute seule. Malgré cela, elle a quand même réussi à protéger un enfant.

Daniel est devenu le grand frère protecteur d’Yvette. La fille de Simone Conchon, devenue grande est fière du geste de sa famille. « Cette reconnaissance pour ma maman, ça me touche énormément, sourit Yvette. Je sais que ma maman serait très heureuse d’avoir cette reconnaissance. C’est beau, c’est très beau. »

C’est cette gentillesse qui a poussé Lisa, une autre enfant sauvée, à faire le déplacement depuis les Etats-Unis avec ses enfants et ses petits-enfants. Elle était chez la famille Jouannaud, avec une amie. Dans sa tête, les souvenirs se bousculent. « Il y avait un cerisier à côté de la maison. Avec Anna on a décidé de grimper sur le poulailler. Bien sûr on s’est fait attraper par madame Jouannaud, pas contente, s’amuse Lisa. Mais je comprends pourquoi parce qu’on aurait pu tomber et se blesser. Et elle était responsable de nous. » Dominique, la petite fille des Jouannaud se souvient des histoires de Guerre racontées par son grand-père. « Il y avait un porte-manteau dans la salle commune,raconte Dominique. Et il mettait un chapeau et selon la position du chapeau, les parents qui venaient voir les petites savaient s’ils pouvaient rentrer ou pas. »

Cette cérémonie n’aurait pas été possible sans Evelyne Thomas, une passionnée de la Seconde Guerre mondiale, originaire de Dordogne. C’est elle qui a retrouvé les familles. « Pour un autre dossier, je cherchais des renseignements sur des filles qui avaient été cachées en Creuse. Et j’ai tapé aux portes, se souvient Evelyne. Et à force de taper aux portes, je suis tombée notamment sur la famille Jouannaud. A partir de là, j’ai voulu monter un dossier. »

La cérémonie de Soubrebost s’est tenue en présence de Shimon Mercer-Wood, le porte-parole de l’ambassade d’Israël à Paris, fier de remettre cette distinction à des familles creusoises. « Chez nous, ce ne sont pas que des slogans ou des titres élégants. C’est quelque chose de réel, explique Shimon Mercer-Wood. Quand on vit en Israël, on a parmi nous tant de personnes qui doivent la vie aux Justes, comme ceux que nous honorons à Soubrebost. »

La Creuse compte 60 « Justes parmi les Nations ». Et il y en a sûrement d’autres, encore inconnus.

Source francebleu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here