La source de cet article se trouve sur ce site

Lors du gala annuel de ZOA, (l’Organisation sioniste d’Amérique) à New York, l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman, a salué la nouvelle gestion des relations israélo-américaines en rappelant à son auditoire le « désastre » que fût l’ère Obama concernant les relations entre les deux pays et notamment la période la plus noire, celle de l’abstention du président américain lors du vote de la résolution anti-israélienne par le Conseil de sécurité des Nations Unies la veille de son départ du gouvernement. Mais Friedman ne s’est pas arrêté là, il a réaffirmé la volonté indéfectible de Trump de déplacer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem….. 

Photo by Yonatan Sindel/Flash90

«Nous avons assisté à la plus grande trahison dans toute l’histoire américaine d’un président des Etats Unis envers Israël» a lancé Friedman, faisant évidement référence à l’abstention des Etats Unis lors du vote de la résolution 2334 qui condamnait entre autre la « colonisation illégale» du Mur Occidental et des territoires palestiniens.

David Friedman a ensuite évoqué le changement radical de position de l’administration Trump à travers les nouvelles résolutions du président américain. Il a ainsi rappelé que Donald Trump fût le premier président à célébrer Yom Haatsmaout (le Jour de l’Indépendance Israélienne) à la maison Blanche et le premier à avoir visité le Mur des Lamentations.

Mais le clou du discours de Friedman est sans nul doute ces mots que l’on avait oublié, que l’on osait plus prononcer: « Déplacer l’ambassade Américaine à Jérusalem : Pour Donald Trump, ce n’est qu’une question de temps, la question n’est pas de savoir si le président américain le fera mais quand il le fera » a-t-il conclu.

Tel-Avivre – l’équipe de rédaction –

Print Friendly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here