La source de cet article se trouve sur ce site

L’association Couserans Palestine a mis en ligne une pétition à l’attention des organisateurs du Giro 2018 – le Tour de France Italien, l’une des plus célèbres compétitions sportives au monde, pour qu’il ne parte pas cette année de Jérusalem.


Cette pétition demande aux organisateurs de « réfléchir à deux fois avant de se faire embarquer dans ce qui est du  » sportswashing » de la part d’Israël ». En effet , la colonisation de Jérusalem Est continue à grande vitesse et s’accentue pour les Palestiniens qu »ils soient musulmans ou chrétiens, ainsi que pour les Bédouins et les Chrétiens.

(Voir notre article du 21 septembre dernier sur ce sujet : http://europalestine.com/spip.php?article13461 )

« On savait que la prochaine édition du Tour d’Italie (4-27 mai 2018)partirait d’Israël, mais on ignorait encore les détails d’un parcours qui ne sera officiellement présenté que le 29 novembre à Milan. Des fuites lèvent cependant le voile sur un tracé qui, après un contre-la-montre individuel dans les rues de Jérusalem, comprend deux étapes à Tel-Aviv et Eilat.

« La course “célèbrera” le 70ème anniversaire de l’établissement d’Israël sur les ruines de la patrie palestinienne et le nettoyage ethnique, ou Nakba, de la majorité de la population indigène palestinienne », souligne Sharaf Qutaifan de la Campagne Palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israel.

En outre, la municipalité de Jérusalem est activement impliquée dans le nettoyage ethnique progressif des Palestiniens, entre autres par une politique de démolitions de maisons et d’expulsions forcées.

Et dans le Néguev, des dizaines de villages palestiniens bédouins qui ne sont pas reconnus, et sont privés d’accès aux services de base, sont sujets à des démolitions répétées, pour certains plus de 100 fois. Israël révoque également la citoyenneté des Palestiniens Bédouins sans raisons, les rendant apatrides.

Ensemble disons aux organisateurs du Giro : #DéplacezLaCourse et ne pédalez pas pour l’occupation et l’apartheid israélien.


Débuter la course dans un endroit sous contrôle israélien servirait de visa à l’oppression israélienne des Palestiniens. Le Giro d’Italie aurait-il pensé à débuter sa course dans l’apartheid d’Afrique du Sud des années 80 ?

Agissez maintenant pour pousser RCS [les organisateurs] à respecter le droit international et à déplacer la course.

CAPJPO-EuroPalestine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here