La source de cet article se trouve sur ce site

Les forces de sécurité palestiniennes repoussent les manifestants pour permettre le passage au convoi du patriarche Théophile III, à Bethléem, le 6 janvier 2018.

REUTERS/Mussa Qawasma

La communauté grecque orthodoxe de Terre sainte vit un Noël quelque peu tendu. Des manifestants palestiniens ont tenté de bloquer le convoi du patriarche orthodoxe de Jérusalem. Théophile III se rendait à la basilique de la Nativité à Bethléem. Les manifestants ont jeté des pierres et des bouteilles sur sa voiture qu’ils ont également martelée de coups de poings en l’accusant de trahison. Le prélat n’a dû son salut qu’à l’intervention des forces de sécurité palestiniennes.

Pour éponger ses dettes, l’Eglise grecque orthodoxe, l’un des propriétaires fonciers les plus importants de Terre sainte, vend des propriétés, notamment à Jérusalem, à des investisseurs privés. Parmi eux, Ateret Cohanim, une organisation ultra-nationaliste israélienne. L’Eglise est accusée de collaborer avec les autorités israéliennes.

Déjà en 2005, Irénéos Ier, le prédécesseur de Théophile III, avait été contraint de démissionner pour les mêmes raisons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here