La source de cet article se trouve sur ce site

Finalement, la maison d’édition ne rééditera pas les ouvrages antisémites de l’auteur de Voyage au bout de la nuit. Plongée dans les coulisses d’une polémique violente.
La pression était devenue trop forte. Les éditions Gallimard ont donc annoncé ce jeudi qu’elles renonçaient à leur projet de rééditer les trois pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline. « Au nom de ma liberté d’éditeur et de ma sensibilité à mon époque, je suspends ce projet, jugeant que les conditions méthodologiques et mémorielles ne sont pas réunies pour l’envisager sereinement, a indiqué Antoine Gallimard dans un texte adressé à l’AFP. Je comprends et partage l’émotion des lecteurs que la perspective de cette édition choque, blesse ou inquiète pour des raisons humaines et éthiques évidentes. »
Des insultes au standard et une pile de lettres sur le bureau
Depuis plusieurs jours, les standardistes de la maison d’édition étaient assaillies de coups de fils menaçants ou orduriers (« Pute nazie! », etc), traitant Gallimard d’antisémite. La chanteuse Lââm s’est même vantée sur Twitter d’avoir appelé pour dénoncer ce « projet de merde »… Et lorsqu’Antoine Gallimard est rentré ce matin de la foire du livre de New Dehli, il avait sur son bureau plusieurs lettres (signées de l’ambassadrice d’Israël en France ou de députés LREM) l’enjoignant de renoncer à cette réédition.
Il est vrai que depuis que l’information avait fuité, début décembre, la polémique n’a cessé d’enfler. Historiens, écrivains, avocats, associations et députés s’inquiétaient des conditions de la réédition de ces trois livres à l’antisémitisme obsessionnels (Bagatelles pour un massacre, L’École des cadavres, Les Beaux Draps), publiés entre 1937 et 1941. Le Premier ministre, Edouard Philippe, lui, se disait favorable à une édition soigneusement annotée. Étrangement, seule la ministre de la Culture, par ailleurs éditrice, ne s’est jamais manifestée publiquement sur cette affaire, qui touche pourtant directement à la liberté d’éditer un grand écrivain français.

Dès le 14 décembre dernier, L’Express avait révélé que le gouvernement, par la voix de la Dilcrah (Direction interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT), un organisme qui dépend directement du Premier ministre, avait écrit à Antoine Gallimard pour lui demander des « garanties » sur cette réédition et notamment sur l’appareil critique accompagnant le volume. Une démarche inédite et légèrement comminatoire dans la forme, qui avait quelque peu heurté chez Gallimard, maison centenaire réputée pour ses éditions critiques et par ailleurs éditrice de la bibliothèque de la Pléiade.
Réunion tendue avec Matignon
Selon nos informations, le 19 décembre, la rencontre entre le délégué interministériel,

Frédéric Potier, et Antoine Gallimard (qui était accompagné par Pierre Assouline, pressenti pour écrire la préface de cette réédition) s’est déroulée dans un climat tendu. Cette publication ne risque-t-elle pas d’alimenter une forme d’antisémitisme chez les jeunes musulmans, a notamment relevé le délégué interministériel? Pierre Assouline fait remarquer que Céline est peu lu dans les banlieues. Et Antoine Gallimard ajoute que ces textes se trouvent déjà en accès libre sur Internet. Le délégué interministériel s’est ensuite fait l’écho du souhait de certains, notamment le chercheur Pierre-André Taguieff, que des historiens encadrent cette réédition de notes de contextualisation. Là encore, Antoine Gallimard et Pierre Assouline estiment que c’est inutile, ces pamphlets étant avant tout, selon eux, une forme de délire littéraire. Bref, un dialogue de sourds.
Le lendemain, la pression monte encore d’un cran: Serge Klarsfeld demande ni plus ni moins dans L’Obs « l’interdiction de la réédition des pamphlets » et menace d’attaquer la publication à sa sortie pour incitation à la haine raciale. Le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) défend sensiblement la même position, ce mercredi, dans un communiqué. Enfin, une pétition intitulée « Non aux écrits antisémites de Céline », lancée sur Change.org par la Licra (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) de Paris, a déjà recueilli plus de 16 000 signataires. Elle est directement adressée au « service juridique de Gallimard ». Tous ces opposants à la réédition dénoncent le risque d’alimenter un antisémitisme dans une société française déjà passablement minée par les dissensions communautaires.

Une autre menace voilée pour expliquer ce revirement?
Une autre menace, moins médiatisée, mais non dénuée de risques, est-elle, également, parvenue aux oreilles de Gallimard? Un avocat, membre de la Licra, émettait ces derniers jours en petit comité l’hypothèse d’attaquer l’éditeur pour « abus de faiblesse » au détriment de Lucette Destouches. La veuve de Louis-Ferdinand Céline, qui a fêté ses 105 ans le 20 juillet dernier, est en effet au coeur de la décision de republier les fameux pamphlets. Jusqu’à présent, malgré de multiples sollicitations, elle s’y était toujours fermement opposée, se conformant en cela au souhait de son époux.
Pourquoi a-t-elle brutalement changé d’avis voilà quelques mois? Hasard du calendrier, une excellente biographie signée David Alliot, Madame Céline (Tallandier), parait ces jours-ci et raconte le quotidien de la centenaire dans sa maison de Meudon, celle-là même où le romancier écrivit ses derniers chefs d’oeuvre (D’un Château l’autre, Nord et Rigodon). Si l’on en croit son biographe, Lucette Destouches vit sous assistance médicalisée, entourée par trois personnes rémunérées pour être présentes 24 heures sur 24 à ses côtés. Le rythme de vie de cette ancienne danseuse s’est ralenti ces dernières années, ce qui paraît bien normal, vu son grand âge.
Quelle qu’en soit la raison, la décision annoncée ce jeudi de suspendre cette réédition des pamphlets ne va pas manquer de faire couler beaucoup d’encre. On pourra y voir, au choix, un geste d’apaisement, ou, au contraire, une forme de renoncement sous la pression, voire de censure. A partir du moment où des versions brutes et gratuites de ces pamphlets sont déjà disponibles sur Internet (et des éditions pirates en vente sur Amazon), en quoi une édition dotée d’un appareil critique serait-elle toxique? Surtout, cette décision va encore accroître l’aura vénéneuse de ces brûlots, alors que leur publication les aurait révélés pour ce qu’ils sont: de longs textes répétitifs, orduriers et, pour tout dire, ennuyeux.

Source :

https://www.lexpress.fr/actualite/pourquoi-gallimard-recule-sur-les-pamphlets-de-celine_1975326.html

happywheels

2 Commentaires

  1. je signale que si vous cherchez sur le Net Gallimard Collaboration…vous mettrez 20 minutes à trouver un seul texte en Allemand (!!!!) qui l’évoque!
    Des Pages et des pages vides en Français.. Comme par hasard?

  2. « Pierre Assouline fait remarquer que Céline est peu lu dans les banlieues ». Mais il suffira de le rééditer pour que ses déjections verbales soient traduites en Arabe et diffusées par les librairies coraniques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here