La source de cet article se trouve sur ce site

Mahmoud Abbas doit se rendre au siège de l’Union européenne à Bruxelles d’ici la fin du mois de janvier pour présenter un « paquet de revendications » qui doit établir une nouvelle voie vers la création d’un Etat palestinien, rapporte jeudi le quotidien panarabe Al-Hayat.

Depuis que le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël en décembre, les Palestiniens estiment que Washington n’a plus sa place dans le processus de paix, et cherchent de nouvelles options pour établir leur Etat sans l’aide des Américains.

Selon le journal basé à Londres, qui cite un haut responsable palestinien qui a requis l’anonymat, Abbas va présenter trois demandes aux ministres de l’UE lors de son voyage à Bruxelles : la reconnaissance de l’Etat de Palestine sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, le soutien à l’adhésion complète des Palestiniens aux Nations Unies, et une hausse du soutien financier à l’Autorité Palestinienne pour compenser la possible baisse drastique de son budget, consécutive aux menaces de Washington, aujourd’hui plus grand donateur international pour les Palestiniens, de couper son aide.

Le dirigeant palestinien se rendra à Bruxelles juste une semaine avant la réunion, dans la même ville, du comité des principaux groupes de donateurs aux Palestiniens pour une session d’urgence. Ce groupe de 15 membres, appelé Comité de liaison ad hoc (AHLC), comprend notamment les États-Unis et l’Union européenne. Selon le haut responsable palestinien, Abbas demandera aux pays européens de « transformer » leur opposition à la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël en action politique.

Dans son discours du 6 décembre, Trump a déclaré que sa décision ne faisait que reconnaître la réalité selon laquelle Jérusalem était déjà la capitale d’Israël et n’était pas censée préjuger des frontières définitives de la ville. Au début du mois, Trump a menacé de couper l’aide américaine aux Palestiniens, en disant sur Twitter que Washington n’obtient aujourd’hui « aucune appréciation ou respect » de la part des Palestiniens. « Nous payons les Palestiniens CENT MILLIONS DE DOLLARS par an et n’obtenons aucune appréciation ou respect », a tweeté Trump le 2 janvier. « Puisque les Palestiniens ne veulent plus parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser ces énormes paiements à l’avenir ? »

Source : i24News.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here