La source de cet article se trouve sur ce site
Soupçonné d’avoir collaboré avec Israël, le comédien et acteur libanais Ziad Itani a été finalement relâché début mars. Il n’y avait donc pas de mystérieuse espionne du Mossad.

Selon la presse locale, c’est Suzanne Hajj Hobeiche, ex-directrice du bureau de lutte contre les crimes informatiques au sein des Forces de Sécurité Intérieure qui est mise en cause pour avoir falsifié des documents afin d’incriminer l’acteur.

109 jours de prison pour rien

Amateurs de films d’espionnage, cette histoire est digne des meilleurs scenarios. Tout commence fin novembre 2017, lorsque la rumeur de d’une tentative infructueuse d’assassinat visant Nohad Machnouk, ministre de l’Intérieur du Liban, se répand. Le 27 novembre, Ziad Itani, est arrêté, accusé d’avoir orchestré le complot, sous l’influence d’une mystérieuse espionne, agent du Mossad. Comique, dramaturge et acteur libanais, Ziad Itani est notamment connu pour ses pièces sur la vie beyrouthine. Son arrestation provoque un séisme dans la société libanaise, mais ce n’est qu’en mars que la vérité éclate enfin : cette histoire était un ‘’dossier monté de toutes pièces’’, selon les mots d’une source proche du ministère de l’Intérieur, révèle le journal L’Orient-Le Jour.

Une affaire rocambolesque

Ultime rebondissement début mars, lorsque l’ancienne directrice du bureau de lutte contre la cybercriminalité au sein des Forces de Sécurité Intérieure (FSI), Suzanne Hajj Hobeiche, est arrêtée par les services de renseignement des FSI. Mise en cause pour son présumé rôle dans la falsification d’accusations à l’encontre de Ziad Itani, Suzanne Hajj Hobeiche est soupçonnée d’avoir « utilisé les services d’un pirate informatique pour fabriquer des conversations, afin de faire ainsi accuser Ziad Itani d’avoir eu des communications avec une fille israélienne, agente du Mossad’’.

Des poursuites ont aussi été requises par le Tribunal militaire contre le pirate informatique E.Ch, pour ‘’fabrication de fausses preuves et intrusion informatique sur des sites gouvernementaux’’. Selon le Daily Star, la jeune femme aurait agi par vengeance, car l’acteur avait fait une capture d’écran où Suzanne Hajj Hobeiche avait « liké » un tweet disant : « La nouvelle de l’autorisation des femmes à conduire en Arabie Saoudite est incomplète. Les femmes seront autorisées à conduire la voiture seulement si elle est chargée [d’explosifs] » Vite enlevé, ce like aurait provoqué son licenciement du Bureau de lutte.

Des conditions de détention horribles

‘’J’avais l’habitude d’être un blagueur, comme Jim Carrey. Maintenant, je veux juste redevenir un enfant.’’ (The Wall Street Journal). Ziad Itani, après sa sortie de prison, a déclaré que ces 109 jours avaient ‘’détruit son esprit’’. Usé, le comédien explique aussi avoir été torturé, pendu au plafond et frappé, menacé de viol et d’atteinte à la vie de sa fille. Le président de l’association Life pour les Droits de l’Homme et avocat Nabil Halabi, avait affirmé détenir des informations selon lesquelles l’acteur aurait été victime de torture.  Les services de la sécurité d’État du Liban ont de leur côté affirmé qu’aucun acte de torture n’avait été perpétré.
Cependant, d’ancien officiels ont reconnu que le recours à la torture existait dans les prisons libanaise. ‘’ C’est normal pour n’importe qui étant accusé d’un grand crime d’avoir peur de la torture’’, a expliqué Ashraf Rifi, ancien patron des Forces de la Sécurité Intérieure du Liban.

Nohad Machnouk, a présenté des excuses « au nom de tous les Libanais » au comédien. « Tous les Libanais s’excusent auprès de Ziad Itani. L’innocence ne suffit pas. Notre fierté envers lui et son patriotisme constituent la seule vérité. Malheur aux haineux, aux idiots, aux communautaristes qui n’ont trouvé que cette cible digne, ce Beyrouthin authentique et arabe, qui ne s’est jamais départi de son arabité et de son beyrouthisme« , a posté le ministre de l’Intérieur sur son compte Twitter.

Adrien Filoche 

Source lepetitjournal

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur « Faire un don », et d’avance MERCI à vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here