La source de cet article se trouve sur ce site

Après avoir brûlé pendant une semaine à la suite d’une collision avec un cargo à environ 300km à l’est de Shanghai, un navire pétrolier iranien a finalement sombré dimanche. 

Le mastodonte, qui transportait 136.000 tonnes de condensats, des hydrocarbures légers, gît au fond de l’eau, mais en surface la mer a continué de brûler: le naufrage du pétrolier iranien Sanchi pourrait provoquer une catastrophe écologique majeure en mer de Chine orientale.

Seuls trois corps ont été récupérés sur les 32 membres d’équipage qui se trouvaient à bord, 30 Iraniens et deux Bangladais. Il n’y a aucun espoir de retrouver des survivants et les opérations de recherche ont été interrompues.

« Des nappes d’hydrocarbures en provenance du bateau continuent à brûler » à la surface de l’eau, a indiqué lundi matin le ministère chinois des Transports. D’après la télévision nationale, l’incendie a cessé vers 10h locales. Des navires équipés de lances à incendie arrosaient la surface de l’eau à l’aide de produits détergents. Mais l’autorité maritime chinoise a alerté dans un second temps lundi sur le fait que la marée noire s’étendait, avec « plusieurs » nappes de pétrole, « beaucoup plus importantes qu’hier ».  

« Le plus gros rejet de condensats de l’histoire du pétrole »

Trois nappes distinctes, mesurant jusqu’à 18,2 kilomètres de long, ont été repérées par des avions de surveillance, a…

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here