La source de cet article se trouve sur ce site

Les étudiants de l’université de Bretagne Loire ont glissé leurs bulletins dans l’urne, mardi 10 avril, pour désigner leurs 6 représentants au conseil d’administration et 19 autres au conseil académique. Le grand vainqueur du scrutin : l’Armée de Dumbledore, le syndicat majoritaire de Rennes 2, rapporte Ouest-France . De son côté, la présidence de l’université dénonce une « volonté de certaines listes de décrédibiliser ce scrutin en le tournant en dérision ».

En effet, parmi les 17 noms de listes – absurdes – déposés par le syndicat : « Pour envahir la Normandie et récupérer le Mont-Saint-Michel  », ou encore «  Rennes 2 contre la neige  », détaille le quotidien. Une autre, « Un kebab pour Rennes 2 », défendait l’installation d’une kebaberie sur le campus. Un moyen selon les étudiants de dénoncer ce vote, alors que la communauté d’universités et d’établissements est en pleine restructuration.

Rude bataille électorale

La bataille électorale a été rude alors que mardi dernier, le président de l’université Bretagne Loire avait décidé d’invalider le dépôt des deux listes «  Fillon rend l’argent  » et «  Sarkozy en prison  », pour atteinte « à l’honneur et à la considération » des deux hommes. Cette décision du président avait ensuite été attaquée devant la commission de contrôle des opérations électorales et le juge des référés. « Les décisions du président ont été confirmées par le maintien de l’invalidation d’une des deux listes et l’obligation de changer le nom de la seconde », assure l’université auprès de Ouest-France.

Mais les résultats de l’élection dévoilés vendredi 13 avril ont tout de même vu l’Armée de Dumbledore arriver en tête, avec trois sièges au conseil d’administration, contre deux pour la Fage et un pour l’Unef. Le taux de participation en revanche ne s’est élevé qu’à 1,16 % des étudiants. « Très faible », déplore l’université.

«  La blague, l’UBL (université de Bretagne Loire) l’a créée tout seul. En créant la plus grosse communauté d’universités et d’établissements de France, alors que personne n’adhère à leurs démarches, ni les établissements ni les étudiants », tance dans les colonnes de Ouest-France un représentant de l’Armée de Dumbledore. « C’est une superstructure, une administration déconnectée des réalités étudiantes et c’est ce que nous dénonçons », achève-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here