La source de cet article se trouve sur ce site

Sur le plateau de « C Politique », le député MoDem Richard Ramos a relayé une fausse information sur un additif alimentaire. — Capture d’écran/C Politique

Invité ce dimanche soir sur le plateau de C Politique pour évoquer son combat contre les abus du secteur de la grande distribution, le député MoDem du Loiret Richard Ramos a qualifié l’additif alimentaire E330 de « toxique », « dangereux » et « cancérigène ».

Problème : l’acide tricarboxylique en question ne présente aucun risque pour l’homme, comme le rappelle Le Parisien. Il s’agit d’une « fake news » qui circule au sujet de la substance depuis les années 1970.

Le tract de Villejuif

Richard Ramos a pourtant affirmé que « c’est l’hôpital de Villejuif qui le dit » en brandissant une copie d’un document anonyme présenté comme preuve de ses accusations (à 7 min 30 dans la vidéo). Mais celui-ci est connu depuis 1976 et s’est vu attribuer le nom de « tract de Villejuif ». Il divise en trois catégories 187 substances utilisées par l’industrie alimentaire. L’E330 y figure dans le groupe des produits « toxiques – cancérigènes » et est présenté comme « le plus dangereux ».

>> A lire aussi : Loi contre les «fake news»: A quoi va ressembler la future législation?

Même si l’acide tricarboxylique est secrété par le corps humain et présent en grande quantité dans les agrumes, la fausse information à son sujet a continué à se répandre, preuve scientifique erronée à l’appui.

Réactions sur les réseaux sociaux

En 1979, le ministère de la Santé et de la Famille a alerté sur cette rumeur prenant une importance grandissante. L’établissement hospitalier du Val-de-Marne a démenti être à l’origine du faux rapport à deux reprises. Et des médias ont été condamnés par la justice pour avoir relayé ce hoax.

Mais rien n’y a fait. En France, au Danemark et au Royaume-Uni, 7 millions d’Européens auraient eu accès au « tract de Villejuif », d’après une étude publiée en 1990. Dernier en date, le député français n’avait pas souhaité réagir lundi. Sur les réseaux sociaux, journalistes et internautes se sont eux rapidement manifestés pour déplorer le retour de cette « fake news » à la vie dure.

17 partages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here