La source de cet article se trouve sur ce site

Les obsèques du rabbin Raziel Shevach ont été célébrées mercredi après-midi en présence de plusieurs centaines de personnes dans l’avant-poste de Havat Gilad.

Correspondant à Jérusalem

Les obsèques du rabbin Raziel Shevach, un colon israélien de 35 ans tué mardi soir par un tireur en voiture, alors que lui-même circulait sur une route du nord de la Cisjordanie, ont été célébrées mercredi après-midi, en présence de plusieurs centaines de personnes dans l’avant-poste de Havat Gilad. «Mon mari avait demandé à être enterré ici si quelque chose venait à lui arriver», a confié son épouse Yael. Il est le premier résident à être inhumé dans cette colonie sauvage où le général Gadi Eizenkot, chef d’état-major de l’armée israélienne, s’est rendu mercredi matin pour inspecter le dispositif mis en place afin de retrouver le ou les auteurs de l’attaque. Plusieurs membres du gouvernement, dont le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, ont réclamé la «légalisation» de Havat Gilad.

L’armée israélienne a bouclé mardi soir plusieurs villages des environs de Naplouse et disposé des checkpoints sur les routes du secteur dans l’espoir de retrouver le tireur. «Les forces de sécurité feront tout leur possible pour mettre la main sur cet immonde meurtrier», a prévenu le premier ministre Benyamin Nétanyahou. Le député d’extrême droite Bezalel Smotrich a sommé l’État de réagir avec vigueur «s’il ne souhaite pas que le public prenne la loi entre ses mains». Des appels à la vengeance ont été lancés mercredi par des colons participant aux obsèques. Plusieurs automobilistes palestiniens ont été visés mardi soir par de jets de pierre imputés à des groupes de colons que l’armée indique avoir dispersés près de Yitzhar et de Shilo.

Le Hamas salue un «acte héroïque»

Le Hamas, dont les appels à déclencher une nouvelle intifada n’avaient jusqu’à présent guère été suivis d’effets, a salué un acte «héroïque» sans pour autant en revendiquer la paternité. «Cette opération constitue une première réponse et montre à nos ennemis, ainsi qu’à ceux qui les soutiennent (les États-Unis), ce qui les attend», a indiqué le mouvement dans un communiqué.

«Ne cherchez pas davantage pourquoi il n’y a pas de paix.»

David Friedman, ambassadeur des États-Unis en Israël

Père de six enfants, Raziel Shevach est le premier israélien tué dans une attaque de ce type depuis que le président Donald Trump a reconnu, le 6 décembre, la souveraineté israélienne sur Jérusalem. Dix Palestiniens ont dans le même temps été tués par l’armée alors qu’ils participaient à des manifestations violentes dans la bande de Gaza ou en Cisjordanie. L’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, a dénoncé sur Twitter «un meurtre de sang-froid commis par des terroristes palestiniens». «Le Hamas a félicité les tueurs et les lois de l’Autorité palestinienne leur garantissent une récompense financière», s’est-il aussi indigné, avant de conclure: «ne cherchez pas davantage pourquoi il n’y a pas de paix.»

L’avant-poste de Havat Gilad fut créé en 2002 après le meurtre du colon Gilad Zar, qui s’occupait des questions de sécurité au sein du conseil régional de Samarie. Une cinquantaine de familles y résident aujourd’hui en violation non seulement du droit international, mais aussi de la loi israélienne. Issawi Freij, un député arabe israélien du parti Meretz (extrême gauche), a dénoncé mercredi les appels à légaliser l’avant-poste. «Chaque mort, juive ou palestinienne, est douloureuse, a-t-il affirmé, mais encourager les hors-la-loi ne mènera qu’à faire couler plus de sang.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here