200 Israéliens à La Ghriba: Une première pour un pays qui qualifiait Les Accords d’Abraham de … “trahison”

48
18 mai 2022 Photo FETHI BELAID / AFP

Depuis l’arrivée de Kaïs Saïed au pouvoir, les prises de position tunisiennes à l’égard d’Israël avaient été durcies : si les prises de position anti-israéliennes à l’Assemblée nationale, en total décalage après les Accords d’Abraham,  n’ont jamais cessé, et on a tous en tête des mots de Kaïs Saïed en personne, des refus lors des compétitions sportives de participer aux côtés de l’Etat hébreu, mais encore l’anecdote, pas isolée, de ces passagers israéliens desquels les bateaux de croisière furent interdits d’accoster à La Goulette.

Voilà que des Israéliens d’origine tunisienne ont été autorisés à entrer à Djerba en vertu du fait qu’un tunisien ne peut perdre sa nationalité. Nos Israéliens ont donc été reçus en tant que tunisiens et ce malgré leur passeport israélien.

Salutations à Son Excellence le Président Kais Saied
Merci d’avoir permis à des centaines d’Israéliens de se rendre en Tunisie.
Nous nous préoccupons des actes, pas des mots, surtout avant d’assumer la présidence. Votre Excellence est excusée. Nous comprenons la situation
Nous vous aimons, Monsieur le Président

C’est Edy Cohen, journaliste israélien d’origine libanaise, qui, en remerciant via Twitter le président tunisien, a donné ainsi audience à une info non communiquée par un gouvernement tunisien désireux de ménager ceux de son peuple qui nourrissent rancœur et aigreur à l’endroit d’Israël.

De facto, voilà que les citoyens israéliens d’origine tunisienne ont le droit de fouler leur sol natal sans que cela soit interprété comme une forme de normalisation avec l’Etat hébreu. Normalisation qui adviendra un jour, Kaïs Saïed, pour qui à ce jour la chose relevait de la … trahison, ayant eu enfin la poigne et le courage de mécontenter la mouvance islamiste.

Pour info, si la synagogue de la Ghriba a retrouvé pour le pèlerinage de Lag Baomer ses pèlerins juifs après deux ans d’interruption due au Covid, c’est sous forte garde policière que les visiteurs franchissent des portiques de sécurité dans ce lieu frappé il y a 20 ans par un attentat-suicide revendiqué par Al-Qaïda et ayant fait 21 morts.

En fond sonore, un hélicoptère survole le site par ailleurs quadrillé au sol par des dizaines de policiers, militaires et membres de la Brigade antiterroriste.

Président de la synagogue depuis 1985, Perez Trabelsi et son fils René, co-organisateur et responsable d’une agence de voyage, confirment:

“A nouveau, les pèlerins ne viennent plus seulement de France”. 200 Israéliens…

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici