24ème jour du boycott des tribunaux israéliens par les détenus administratifs palestiniens

1

Les Palestiniens en détention administrative dans les prisons israéliennes en sont à leur 24e jour de boycott des tribunaux militaires israéliens en Cisjordanie occupée, rapporte l’agence de presse Wafa.

Dans une démarche d’escalade convenue par les partis politiques palestiniens, les 500 détenus administratifs dans les prisons israéliennes ont commencé la nouvelle année en refusant de se présenter à leurs séances de tribunal.

Cette mesure vise à protester contre la politique israélienne de détention administrative, qui donne aux autorités militaires israéliennes le pouvoir de détenir des Palestiniens sans inculpation ni procès pour des périodes renouvelables pouvant aller jusqu’à six mois.

Sous la bannière « Notre décision est la liberté … non à la détention administrative », les détenus administratifs ont déclaré dans une déclaration que leur mouvement s’inscrit dans la continuité des efforts palestiniens de longue date « pour mettre fin à la détention administrative injuste pratiquée contre notre peuple par les forces d’occupation ».

Ils ont également noté que l’utilisation de cette politique par Israël s’est étendue ces dernières années pour inclure des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Les détenus palestiniens ont continuellement eu recours à des grèves de la faim illimitées pour tenter d’exprimer leur indignation face à leur détention. Ils ont également été soumis à des actes de torture, de harcèlement et de répression systématiques tout au long des années d’occupation des territoires palestiniens par Israël.

« Les tribunaux militaires israéliens sont un aspect important de l’occupation dans son système d’oppression », ont ajouté les détenus, décrivant les tribunaux comme un « outil barbare et raciste qui a consommé des centaines d’années de la vie de notre peuple sous la bannière de la détention administrative, par le biais de tribunaux nominaux et fictifs – dont les résultats sont prédéterminés par le commandant militaire de la région ».

Israël détient environ 5 000 Palestiniens, dont environ 500 en détention administrative.

Les groupes de défense des droits de l’homme décrivent l’utilisation par Israël de cette pratique comme « systématique et arbitraire », et comme une forme de punition collective, notant que son utilisation extensive constitue une violation du droit international « particulièrement en ce qui concerne les principes internationalement reconnus d’un procès équitable. »

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici