80.000 bâtiments en Israël risquent de s’effondrer.

LES + VUS CHEZ LES PRO

80.000 bâtiments en Israël risquent de s’effondrer.

Environ 80 000 immeubles comptant environ 300.000 appartements ont été construits avant les années 1950 et devront subir des démolitions et des reconstructions dans les années à venir.

Ces données figurent dans un document officiel dans lequel des experts de l’Association des entrepreneurs ont évalué les besoins de planification et de construction en Israël. Le document a été rédigé en 2017 et envoyé à Avigdor Yitzhaki, qui était à l’époque chef du personnel du logement au ministère des Finances.

Derrière les chiffres, il y a une évaluation par les ingénieurs de l’association que l’état des vieux bâtiments est vétuste, et qu’ils pourraient mettre en danger les occupants. Ce chiffre inquiétant n’a pas fait bouger le gouvernement à l’époque, et encore aujourd’hui il n’y a pas de vraie solution à ces structures autres que les procédures TMA 38 ou l’évacuation des chantiers qui avancent paresseusement.

Selon le superviseur de la municipalité de Holon : « Quand il y a une très petite fissure, il est facile de déclarer le bâtiment dangereux, mais nous ne soumissionnons que si la structure est vraiment dangereuse. Chaque ville a une politique différente, il n’y a pas de législation ordonnée. »

Les bâtiments sont particulièrement dangereux ceux construits le long de la plaine côtière entre Nahariya et Ashkelon. En raison de la proximité de la mer, l’air est humide et lorsqu’il rencontre le fer qui forme de la corrosion dans les fondations des bâtiments, le diamètre des barres de fer est réduit et au fil des années elles ont du mal à supporter le poids du bâtiment.

Le problème est grave en raison des décennies qui se sont écoulées depuis la construction de ces bâtiments, mais aussi parce que dans ces années-là, les normes de construction étaient plus légères par rapport aux normes d’aujourd’hui. Par exemple, selon la norme, le béton est aujourd’hui beaucoup plus dense que le béton utilisé pour la construction dans la première décennie de l’État.

Un jour après que les pompiers et la police ont évacué toutes les familles d’un immeuble résidentiel de la rue Yosef Serlin à Holon, l’immeuble s’est effondré, laissant derrière lui une vague de décombres.

Un jour après que les pompiers et la police ont évacué toutes les familles d’un immeuble résidentiel de la rue Yosef Serlin à Holon, l’immeuble s’est effondré.

Le bâtiment a été évacué après que les inspecteurs locaux soupçonnèrent qu’il risquait de s’effondrer.

La police a annoncé un blocus de l’entrée de la rue Serlin en direction de la rue Krause et a annoncé qu’elle ne serait ouverte qu’après la fin du traitement sur les lieux de l’accident.

Dans de nombreux pays du monde, toutes les quelques décennies, les propriétaires sont invités à inspecter leurs systèmes de construction et leurs fondations. Un tel test, selon les experts, coûte au plus quelques milliers de shekels et peut sauver des millions de shekels et, bien sûr, des vies humaines. Le maire de Givatayim, Ran Konik, a publié hier un message sur Facebook avec une proposition dans le même esprit.

Mais la loi israélienne ignore le problème. Bien que l’Ordonnance sur les municipalités stipule que la municipalité est celle qui supervise les bâtiments qui s’y trouvent, la loi ne définit pas par quels moyens les municipalités supervisent et à quelle fréquence.

« Il est clair que les propriétaires fonciers ont une responsabilité directe. Mais l’autorité locale, le chef de l’autorité et l’ingénieur de l’autorité ont également une responsabilité personnelle », explique Raul Srugo, président de l’Association des constructeurs de terrains. « Aujourd’hui, les autorités ferment les yeux, elles ont peur de vérifier que s’ils vérifient, ils trouveront des résultats terribles et ils devront trouver des solutions de logement pour les personnes ainsi qu’une solution pour démolir le bâtiment et le reconstruire.

L’enquête Calcalist montre qu’à travers les arrêtés municipaux, les municipalités s’autorisent à déclarer un bâtiment dangereux, ordonnent aux propriétaires de le rénover, et en cas de danger immédiat elles sont autorisées à ordonner son évacuation. La loi leur permet même de poursuivre les propriétaires de la propriété dangereuse s’ils n’ont pas agi conformément aux directives municipales. Le problème est que l’inspection des bâtiments se fait de manière aléatoire et non systématiquement et généralement seulement après réception d’une demande par la municipalité.

L’inspection montre qu’à Holon, où 195 000 habitants vivent, un immeuble s’est effondré cette semaine, il y a 30 bâtiments qui ont été définis comme dangereux. L’ingénieur Ariel Kamert, directeur de l’inspection de la municipalité, a déclaré à Calcalist : « Une structure est définie dangereuse même s’il y a des retombées de pièces en béton, je n’ai aucun cas où je peux dire que le bâtiment va s’effondrer. La déclaration d’un bâtiment comme dangereux varie d’une commune à l’autre.

Par exemple, à Tel-Aviv, où 450 000 habitants vivent, il y a une liste de 683 bâtiments dangereux, à Bat Yam, où 128 000 habitants vivent, il y a environ 900 bâtiments l’année dernière qui ont été définis comme dangereux. Au cours de l’année, 300 bâtiments ont été retirés de la liste des bâtiments déclarés. Parce qu’ils n’ont été déclarés dangereux qu’en raison de défauts mineurs.

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

SourceJFORUM.FR

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook