Abbas signale un successeur. Mais les Palestiniens l'accepteront-ils ?

6

Après un an au pouvoir, le « gouvernement du changement » d’Israël a annoncé son intention de se dissoudre la semaine prochaine, déclenchant ainsi les cinquièmes élections du pays en trois ans. Par coïncidence, le gouvernement palestinien a lui aussi entrepris un changement important – un changement qui tente d’écarter toute chance de voir les Palestiniens se rendre aux urnes.

Depuis plusieurs années, les spéculations vont bon train quant au successeur de Mahmoud Abbas à la tête des principales institutions du mouvement national palestinien, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et l’Autorité palestinienne (AP). À 86 ans, fumeur invétéré et souffrant de problèmes cardiaques, il est prudent de penser qu’Abbas n’est plus de ce monde.

La semaine dernière, les rumeurs au sujet d’une disparition imminente d’Abbas ont à nouveau enflé après que la BBC arabe a tweeté que certaines de ses responsabilités avaient été confiées à son bras droit, Hussein al-Sheikh, un personnage controversé passé de l’obscurité relative au sanctuaire de la prise de décision sur ordre d’Abbas.

Bien qu’Abbas soit une fois de plus réapparu pour étouffer les rumeurs – d’abord en délivrant un message public par téléphone, puis via une séance de photos avec des responsables américains dans son bureau – cette fois, les discussions sur sa « succession » ne risquent pas de s’estomper aussi rapidement que par le passé. En effet, au cours des six derniers mois, Abbas a imposé d’importants changements de direction au sein de l’OLP sclérosée, ce qui a permis de clarifier la question de savoir qui pourrait prendre la relève après son départ.

En janvier, à la demande d’Abbas, le Comité central du Fatah a « désigné à l’unanimité » al-Sheikh comme son candidat pour un poste vacant au sein du Comité exécutif de l’OLP, l’organe supérieur de l’institution responsable de la prise de décision au jour le jour, bien qu’il n’ait jamais été un dirigeant important au sein du Fatah ou de l’OLP. Cette nomination a été confirmée en quelques semaines par le Conseil central de l’OLP, un organe qu’Abbas a passé des années à remplir de fidèles.

En mai, Abbas avait promu son protégé au poste de secrétaire général du Comité exécutif, évitant ainsi que d’autres membres de longue date ne prennent la direction de l’OLP si Abbas quittait le poste. En outre, al-Sheikh a assumé toutes sortes de tâches extraordinaires, comme celle d’être le principal contact des diplomates étrangers, y compris ceux des États-Unis et d’Europe, et d’accompagner Abbas dans tous ses déplacements à l’étranger. Pratiquement rien d’important ne se passe désormais sans la présence d’al-Sheikh.

Réduit à un triumvirat

Bien que ce type de clarté puisse apaiser les craintes d’un vide de leadership désordonné à l’avenir, le simple débat sur la « succession » et l’ascension népotique d’al-Sheikh sont emblématiques de tout ce qui a mal tourné dans la politique interne palestinienne sous l’ère Abbas et de son héritage de régime antidémocratique.

Tout au long de son mandat, Abbas – dont le premier mandat en tant que président de l’AP devait expirer en 2009 – a sapé les institutions qu’il dirige afin de monopoliser le pouvoir pour lui-même et ses plus proches conseillers. Après que le Hamas a remporté la majorité des sièges lors des élections législatives de 2006 – les dernières du genre -, les tentatives d’Abbas pour renverser le résultat, avec le soutien des puissances occidentales et d’Israël, ont conduit à une brève guerre civile, à l’éjection du Fatah de Gaza et à une rupture calamiteuse de la politique palestinienne qui perdure à ce jour.

Depuis la scission entre le Fatah et le Hamas, Abbas a échoué à plusieurs reprises à réconcilier la division et a contrecarré chaque tentative d’organiser de nouvelles élections, y compris la plus récente en avril 2021, après des mois de préparation et d’organisation politique. Dans le même temps, il a utilisé sa double autorité de chef de l’AP et de l’OLP pour saper l’indépendance du système judiciaire, dissoudre le Conseil législatif palestinien (CLP) et le déposséder illégalement de ses pouvoirs, ainsi que ceux du Parlement de l’OLP, dont les compétences ont été réattribuées au Conseil central de l’OLP. Aujourd’hui, Abbas gouverne en passant des décrets sans aucune contrainte judiciaire ou législative.

En conséquence, les processus institutionnels qui existaient autrefois pour assurer une transition en douceur du pouvoir ne sont plus viables ; dans le même temps, la confiance de la population dans les institutions gouvernantes et les fonctionnaires qui les dirigent a subi des dommages irréparables. Ainsi, malgré les efforts soudains d’Abbas pour trouver un successeur, une crise constitutionnelle plane toujours sur son départ inévitable, ce qui pourrait entraîner de violentes luttes politiques pour le contrôle.

Ce qui n’est pas moins problématique, c’est ce que le choix du successeur d’Abbas indique pour l’avenir et ce qui est en jeu pour le mouvement de libération nationale. Depuis 2007, al-Sheikh dirige l’Autorité générale des affaires civiles de l’AP, qui assure la liaison avec le COGAT, la branche civile du gouvernement militaire israélien dans les territoires occupés.

Bien que ce poste n’ait pas le cachet d’un premier ministre ou d’un ministre des affaires étrangères, il est sans doute devenu le poste gouvernemental le plus important après la présidence ; sans réelle souveraineté propre, l’AP – et le public palestinien – dépendent en fin de compte du régime militaire israélien pour fonctionner dans tous les aspects de la vie quotidienne. L’homme qui supervise l’acheminement des permis, visas, licences et autres nécessités de ce type d’Israël vers l’AP est donc doté d’un pouvoir et d’une influence considérables.

Al-Sheikh lui-même a signalé qu’il n’avait guère l’intention de modifier les relations de l’AP avec le régime israélien. Dans une récente interview accordée à l’Associated Press, Al-Sheikh a déclaré que le prochain dirigeant palestinien devrait être élu par les urnes, mais seulement si Israël autorise les Palestiniens de Jérusalem-Est occupée à voter. Cette même réserve a été utilisée par Abbas comme prétexte pour annuler les élections prévues pour mai 2021, transformant l’annexion de la ville par Israël en une excuse opportune pour préserver le statu quo politique.

Al-Sheikh n’est pas seul. Son importance est égalée par un autre homme tout aussi proche d’Abbas et d’Israël, Majid al-Faraj, qui dirige l’une des agences de sécurité les plus puissantes de l’AP, le Service des renseignements généraux. Avec le président, ils ont formé une sorte de triumvirat, dans lequel une main lave l’autre et les deux lavent le visage d’Abbas.

Le fait que le chef de la coordination civile et le chef de la sécurité soient au sommet de la pyramide politique n’est pas une surprise pour ceux qui ont vu le projet d’État palestinien se désintégrer tandis qu’Israël consolidait sa domination permanente sur la Cisjordanie et Gaza occupées. Dans ce processus, l’AP a perdu son mandat initial, fixé par les accords d’Oslo, en tant qu’entité proto-étatique en passe de devenir un gouvernement souverain.

En tant que telles, les institutions politiques palestiniennes ont été largement réduites aux deux sphères susmentionnées – qui, par coïncidence, sont les plus importantes pour Israël et, par conséquent, pour les bailleurs de fonds occidentaux de l’AP qui la maintiennent à flot indépendamment de l’absence de processus de paix. Si al-Sheikh et al-Faraj reprennent le flambeau de la direction, cela annoncera la poursuite du statu quo, dans lequel l’OLP reste incapable d’agir et l’AP est progressivement dénationalisée et intégrée au régime d’apartheid d’Israël.

Le dernier de sa génération

Malgré ces manœuvres, l’issue préméditée par Abbas est loin d’être certaine. Dans la rue palestinienne, al-Sheikh et al-Faraj ont très peu de soutien en dehors de leurs réseaux de patronage ; des sondages récents montrent que près de 75 % des Palestiniens dans les territoires occupés veulent qu’Abbas démissionne, et il conserve probablement plus de soutien public que ces deux hommes.

Cela est également vrai au sein des différents partis politiques qui composent le corps politique palestinien, y compris au sein du Fatah lui-même, où d’autres personnalités sont mécontentes de la façon dont elles ont été marginalisées par le président. En effet, le Fatah se divise depuis des années en plusieurs factions concurrentes, qui pourraient toutes se disputer le pouvoir une fois qu’Abbas aura disparu.

Le Hamas, lui aussi, attend dans les coulisses avec une revendication légitime de l’autorité au-delà de sa propre capacité à la saisir par la force ou le soutien de l’opinion publique. L’article 37 de la loi fondamentale palestinienne stipule qu’en cas de vacance de la présidence, le président du parlement devient président par intérim pendant 60 jours, jusqu’à ce qu’une élection puisse être organisée. Bien qu’Abbas ait dissous le CLP en 2018, le Hamas insistera presque certainement pour que son candidat soit le président intérimaire légitime.

En outre, la popularité du Hamas semble renaître parmi les jeunes Palestiniens de Cisjordanie, en particulier après qu’il a répondu aux provocations israéliennes à Jérusalem-Est en mai 2021 en s’engageant militairement et en brûlant ses lettres de créance en tant que mouvement de résistance – en forte juxtaposition avec la collaboration continue de l’AP avec Israël.

Au-delà de l’AP, se pose aussi la question de la direction de l’OLP. Bien qu’al-Sheikh occupe désormais le poste de secrétaire général, sa nomination était controversée même dans les rangs du parti. Non seulement Abbas l’a fait adopter unilatéralement, mais pendant des années, le président de l’OLP a systématiquement manipulé les différents organes internes de l’organisation pour servir ses propres intérêts, remplaçant ses détracteurs par des fidèles prêts à approuver chacune de ses décisions et à valider son maintien au pouvoir en l’absence d’un mandat populaire.

En conséquence, la légitimité de l’OLP en tant que « seul représentant » du peuple palestinien sur la scène internationale, un titre qui lui est conféré depuis les années 1970 et qui a même été reconnu par Israël dans les accords d’Oslo, est aujourd’hui sérieusement remise en question.

Aujourd’hui, la plupart des organisations contre l’occupation et l’apartheid israéliens se déroulent en dehors de l’OLP, par le biais de la mobilisation de la base et de la société civile. Pratiquement aucun des jeunes leaders, activistes et organisateurs palestiniens les plus brillants n’a été formé au sein des structures officielles de l’OLP, ce qui rend l’organisation moins pertinente que jamais. Le transfert de la direction de l’OLP à une personne comme al-Sheikh risque de porter un autre coup majeur à l’organisation et d’atomiser davantage le mouvement de libération nationale.

Ce qui reste clair, c’est qu’Abbas est le dernier de sa génération, une figure politique dont la légitimité a été intimement liée aux pères fondateurs du Fatah et de l’OLP, ainsi qu’aux forces motrices du processus de paix d’Oslo. Ce processus étant en ruine et ses conseillers étant sérieusement compromis par leur étroite affiliation avec Israël, leur crédibilité auprès de la plupart des Palestiniens est proche de zéro. Et sans un plan formel pour déterminer le sort de la politique palestinienne du vivant d’Abbas – à savoir des élections libres et équitables – la porte sera ouverte à toutes sortes de possibilités inexplorées, y compris des luttes intestines entre ceux qui aspirent à lui succéder.

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici