La source de cet article se trouve sur ce site
Comment s’en sortir avec un changement de nom qui vous impose un changement de lieu ? Quand les grands parents de Yaïr fuient la Pologne nazie, il changent leur Goldberg en Dolberg. Mais voilà que pour le petit-fils, une obsession pour le monument éponyme de la musique classique grandit, grandit… Et atterrit sur le plateau de Micadanses…….Détails…….



Le festival Faits d’Hiver continue son chemin en pleine baisse des températures. Après le succès de Jan Fabre et Thomas Lebrun,  il était temps de prendre un peu de risques et  de se tourner vers un nom en devenir. 
Et c’est le cas de le dire, puisque vous l’aurez compris, tout ce travail de ce chorégraphe israélien pose des questions d’identité.. mais sous le format blague juive !
Alors 60 minutes DES variations Goldberg, qui hante des chorégraphes et des musiciens pour « cette une technique contrapuntique inégalable. »  30 variations donc qui imposent souvent d’être jouées à quatre mains. Bach les a écrites pour clavecin.  
Morceaux choisis ici et surtout chantés avec humour souvent, avec sérieux parfois, jusqu’à oser le jouer au piano noir qui longtemps danse immobile un pas de deux avec un extincteur bien rouge.
Pour faire corps avec ce rythme fou, le danseur prend sa part de clown comme une mission. 
Corps solide et musclé, il peut oser des socles bas. Il s’amuse de la possession de ces notes qu’il connait par cœur au point des les nommer. Tout son être est traversé par ce chef d’oeuvre qui porte son nom d’origine, écrit sur le continent d’origine de sa famille.  
Yaïr Barelli a choisit de quitter Israël (comme tous les chorégraphes israéliens « connus » à l’exception de Ohad Naharin), et il vit et travaille à Paris.  
Mais plutôt que de vouloir vraiment le danser, il s’amuse à l’incarner de façon complètement décalée (jusqu’à une mémorable danse des biceps). 
La pièce est plus performative que chorégraphique et on ne boude pas notre plaisir devant une belle dose de folie qui réchauffe le bien nommé festival Faits d’Hiver.

Dolberg joue encore demain soir, mardi 22 janvier et le festival se poursuit jusqu’au 20 février

Source Toute la culture

Vous nous aimez, prouvez-le….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here