La source de cet article se trouve sur ce site

Comme évoqué hier, le statut de Césarée est presque unique dans le monde. Et cette situation remonte à la fin du XIXe siècle, période durant laquelle le baron Edmond de Rothschild, banquier parisien, pieux et philanthrope, joua un rôle décisif à partir de la fin du en achetant des terres que la famille rétrocéda à l’état d’Israël après l’indépendance, à l’exception de la ville de Césarée.

L’histoire contemporaine de cette ville se confond donc avec celle de la branche française de la famille Rothschild et son statut reste quasi unique, puisque c’est une ville privée de 3 000 hectares. Elle n’appartient pas à l’Etat, mais à la Fondation Edmond de Rothschild, établie en Israël. Comme elle est privée, ses 7 000 habitants n’élisent pas leur maire.

Les plus grandes fortunes d’Israël y habitent, dans des villas surveillées par près de 350 caméras qui font de Césarée l’un des lieux les plus sûrs en Israël.

A proximité, le parc industriel a attiré plus d’une centaine d’entreprises. Entre ses plages, ses vestiges antiques et l’unique golf d’Israël, Césarée serait aujourd’hui le troisième site le plus visité du pays. Le million de touristes rapportent chaque année plus de 7 millions d’euros à la ville.

En 1962, lorsque la famille Rothschild a transféré les titres de propriété de la ville à sa fondation, il a été convenu que l’intégralité des bénéfices issus de la cité financera des projets destinés à soutenir l’excellence de l’enseignement supérieur en Israël. En contrepartie, l’Etat a accordé à la fondation une exemption totale de taxes, mais cet accord est cependant rediscuté car l’Etat  estime que la Fondation Rothschild n’effectue pas un retour de fonds suffisant.  Sous pression, celle-ci a nettement augmenté le montant de ses donations au cours des dernières années.

Elle a ainsi versé plus de 20 millions d’euros en 2018 et prévoit d’accorder près de 25 millions en 2019 (contre 8 millions en 2015), mais elle,entend conserver le contrôle du développement de la ville en conformité avec les origines de sa création.

Si la famille Rotschild, représentée par la baronne Ariane de Rothschild, ne souhaite pas d’exprimer sur l’évolution politique du pays, elle veut cependant « contribuer à l’intégration, à la valorisation des minorités en Israël, pour faire émerger parmi elles de vrais leadeurs d’opinion ».

Son prochain projet pour Césarée est de construire un chemin de promenade le long de la Méditerranée jusqu’au village arabe de Jisr Al-Zarqa, l’un des plus pauvres d’Israël, pour qu’il bénéficie de l’afflux de touristes dans la cité antique. Elle travaille également sur un programme de développement de Césarée à horizon 2040.

Texte complet sur le Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here