La source de cet article se trouve sur ce site

L’Université hébraïque de Jérusalem est dépositaire d’un trésor unique au monde, les Archives Albert Einstein qui ne cessent de s’enrichir. L’Université vient de dévoiler 110 nouvelles pages manuscrites, dont la plupart n’ont jamais été rendues publiques auparavant, et qui résultent d’un don philanthropique de la Crown-Goodman Family Foundation à Chicago.

Ces Archives contiennent plus de 80 000 pièces, dont des manuscrits, des correspondances, des photographies, des diplômes et des médailles. Albert Einstein dont les découvertes scientifiques continuent de trouver des applications dans nos vies quotidiennes – laser, fibres optiques, GPS, … – fut l’un des fondateurs de l’Université hébraïque de Jérusalem. Ainsi, l’une de ces lettres récemment dévoilées, écrites à son ami le physicien suisse Michele Besso, fait référence au travail monumental d’Einstein sur l’absorption et l’émission de lumière par les atomes. Cette idée est à la base de ce qui deviendra la technologie laser.

Parmi, les nouveaux documents, il y a aussi des lettres plus personnelles comme celle qu’Albert envoie en 1935 à son fils Hans Albert, où il s’inquiète de la montée du nazisme : « Espérons que nous n’aurons pas une guerre en Europe (…) L’Europe commence enfin à prendre le problème au sérieux, en particulier les Britanniques. »

Ces lettres illustrent aussi l’humour de ce génie. A son ami Michele Besso, juif d’origine, qui s’est converti au christianisme et qui apprend l’hébreu, il dit : « Tu n’iras certainement pas en enfer, même si tu t’es fait baptiser. En tant que goy, tu n’es pas obligé d’apprendre la langue de nos pères, alors que moi, en tant que « juif saint », je devrai avoir honte de ne rien savoir du tout. Mais, je préfère avoir honte que de l’apprendre. »

 Rédaction : Catherine Dupeyron

https://www.ffhu.org/index.php/actualites/vie-universite/346-archives-albert-einstein-un-tresor-qui-continue-de-s-enrichir

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here