La source de cet article se trouve sur ce site

ARTISTE DU JOUR. SOUVENIRS… Arik Einstein est un chanteur et acteur israélien né le à Tel Aviv et mort le 26 novembre 2013. Il est considéré comme l’un des plus grands chanteurs et auteurs-compositeurs de l‘État d’Israël.

Parmi ses chansons les plus célèbres : Petit oiseau (Ouf Gozal), Une chanson de l’après-guerre (Shir shel Akherei Milkhama), Toi et moi (Ani Veata), Prends femme et construis-lui une maison (Kakh lekha isha ouBneh la baït).

Arik Einstein est un chanteur et acteur israélien qui a accompagné la vie des Israéliens depuis des décennies, des chansons pour enfants, des chansons d’amour inoubliables, Toi et moi allons changer le monde, des chansons de deuil.

J’ai vu l’enterrement à la télévision. Aujourd’hui, le cimetière Trumpeldor se trouvant entre mon appartement et mon travail, j’ai décidé de faire un pélerinage. Je ne suis pas la seule à avoir eu cette idée. Je quitte la rue Ben Yehouda pour tourner dans la rue Trumpeldor et devant moi une petite fille, un bouquet à la main, fredonne une chanson d’Arik Einstein.

Le cimetière Trumpeldor est l’endroit où sont enterrées les rue de Tel Aviv: Dizengoff, Bialik, Nordau, Arlozorof, Pinsker… Sur la tombe, sans pierre tombale, un amas de fleurs, de bougies, de lettres, le drapeau rouge d’HaPoel Tel Aviv.

On se recueille, prend une photo, chante un peu, les parents en profitent pour donner un cours d’histoire à leurs enfants. Je sors du cimetière en empruntant d’autres allées, comme le veut la tradition. Je tourne dans la rue Pinsker puis  à gauche dans la rue Bograshov. Puis à droite dans la rue Hovevei Sion. Au numéro 40 habitait Arik Einstein.

Devant la maison, une foule de personnes et de nouveau des bougies, des fleurs, des dessins. Mon amie Esther Orner qui habite le même quartier a écrit sur sa page Facebook: Je le revois, il y a plus de vingt ans dans une Makolet (une Supérette ?) tenue par deux soeurs et leurs maris au coin de Hovevei Tsion. La Makolet n’existe plus. Arik, un client comme un autre parle sport avec les maris. Le fameux mot Célebs n’existe pas encore. Arik, une vraie célébrité circule librement. Tout le monde le reconnait et le laisse vivre. Que son souvenir soit béni.

Je me dit qu’Arik Einstein va sûrement bientôt devenir une rue. La municipalité va-t’elle débaptiser la rue Hovevei Zion, Les Amoureux de Sion en Arik Einstein?

Je poursuis dans la rue Dov Hoz, un ficus majestueux aux lianes nouées comme des cicatrices de brûlures. Puis Gordon et me voilà arrivée. Je trouve que ce Hannouka, les bougies du souvenir et celles de la fête se fondent les unes avec les autres et avec ma propre histoire. J’ai du mal à me réjouir. Mais comme le dit Esther, il faut faire la différence entre le feu et la lumière. Et Arik Einstein a donné, avec ses chansons, beaucoup de lumière aux Israéliens.

http://kefisrael.com/2013/11/29/arik-einstein-un-pelerinage/#.UpiJ99JkNMQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here