La source de cet article se trouve sur ce site

Fathi Derder, journaliste suisse et membre du Parti libéral-radical vaudois vient de publier une tribune dans le journal « Le Temps » où il proclame que la Suisse surclasse Israël en tant que puissance économique, financière, et scientifique, mais qu’en plus elle dispose d’une reconnaissance diplomatique et humanitaire. Mais, il reconnait que si les start-up suisses évoluent dans un contexte unique au monde, elles sont mal exploitées. Le problème réside dans le fait que les Suisses collaborent peu et se vendent mal. Mais les choses changent. Nestlé montre l’exemple: la multinationale s’ouvre aux start-up et fédère les principaux acteurs suisses dans un ambitieux projet pour la nutrition.

Selon lui, c’est un exemple à suivre par la Confédération Suisse et à développer dans tous ses domaines d’excellence, comme les sciences de la vie, la finance, ou la sécurité.

Le président de Microsoft, Brad Smith, réclame une « Convention de Genève du numérique » et la Suisse a l’ADN pour cela. Mais elle doit faire plus qu’une simple déclaration, elle doit se doter d’une stratégie pour sa souveraineté numérique. Bâtir une infrastructure sécurisée avec nos responsables scientifiques, juridiques et économiques, un « cloud souverain » garantissant une sécurisation maximale de données soumises au droit suisse – pays neutre – et adapter la législation pour garantir l’inviolabilité de données sensibles, protégées par une protection diplomatique.

La Suisse développerait ainsi un espace numérique sécurisé pour ses entreprises, ses citoyens, et les victimes de guerres.

Agir à la fois pour la prospérité de  la Suisse et les droits de l’homme: ce serait une belle initiative pour marquer le 70e anniversaire des Conventions de Genève, célébrées cette année. Et ce n’est qu’un exemple de ce qui peut être réalisé en rapprochant compétences économiques, financières, scientifiques et diplomatiques.

Renforcer les collaborations entre les multinationales, les PME, les Hautes Ecoles, les start-up, et l’Etat, et ainsi faire de la Suisse une puissance du monde numérique. Et le faire savoir. More than a Startup nation: a Trust nation.

Source : Le Temps

5 Commentaires

  1. Ce n’est pas du jeu. La Suisse est première mondiale du blanchiment d’argent, avec ses comptes anonymes et toute la fraude qui se retrouve dans ses comptes secrets. D’ailleurs, Genève est composée de la racine consonantique GNV, d’où dérivent ganav, voleur, lignov, voler.
    Qu’ils passent à la transparence des comptes, et on en reparlera.

  2. Je trouve que c’est plutôt flatteur que la Suisse, pays riche où les gens sont bien éduqués et les vaches bien grasses (n’y voyez pas de sarcasmes de ma part, c’est juste la vérité), veuille exprimer ses qualités en se comparant à Israël. Cela prouve tout simplement qu’Israël est devenu une référence, un étalon or en qq sorte.

  3. Et si Israël optait pour la Neutralité (armée et humanitaire) à long terme ? Est-ce souhaitable ? Utile ?
    Un pays Neutre au centre du monde musulman et arabe, ce serait peut-être une Suisse du Moyen-orient, lieu des négociations inter-musulmanes et arabes, lieu de contacts, lieu de refuge, lieu de placements de sécurité, bref un Carrefour Neutre.
    Pourquoi pas ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here